Projet de loi sur la modernisation des daaras : l’Etat se désengage

L’Etat recule et renvoie la balle aux imams, maîtres coraniques et autres acteurs de l’enseignement coranique. Le controversé projet de loi sur la modernisation des « daaras » vient d’être retiré par le gouvernement. L’annonce a été faite par le ministre-conseiller venu représenter le chef de l’Etat au colloque organisé par le collectif des associations islamiques du Sénégal.



Le ministre conseiller Pape Abdou Cissé a essuyé le tir groupé des imams.  Ces derniers n’ont pas fait dans la langue de bois pour exprimer leur désaccord contre le projet de loi du gouvernement portant modernisation des « daaras ». Même s’ils jugent louable l’initiative de moderniser l’enseignement coranique, les maîtres coraniques trouvent que la charrue a été mise avant les bœufs. « Que le gouvernement ne nous impose pas ce programme qui ne correspond pas aux enseignements du Coran. Ceux qui ont planifié ces nouveaux programmes ne savent rien de l’apprentissage du Coran.


Ils risquent de transformer l’école coranique en école française. Donc qu’on ne nous l’impose pas. Si le gouvernement fait le forcing, il va offenser le peuple et un leader ne doit pas offenser ses subalternes », prévient l’Imam Cheikh Abdoul Aziz Touré de Fass. Les récriminations du marabout ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd. En effet selon les déclarations du ministre-conseiller Pape Abdou Cissé, le projet de loi portant  modernisation  des « daaras » a été retiré. « Désormais le projet de loi est soumis à l’appréciation des imams et des acteurs de l’éducation coranique pour leur permettre de faire des propositions », souligne le représentant du chef de l’Etat.


Selon le journal « L’As », l’imam de Fass Touré a exhorté le gouvernement à préserver la paix qui prévaut dans notre pays. Pour cela, l’Etat doit tout faire pour lutter contre  la mise sur pied de milices ou de groupes armés. « L’armée doit être une et contrôlée par l’Etat », tranche-t-il. 


Mardi 26 Mai 2015 - 13:56



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter