Prolongation de l'instruction de affaire Habré : Me El hadji Diouf crie à la "forfaiture"

Suite à la décision du Comité de Pilotage des Chambres Africaines Extraordinaires de prolonger de 8 mois encore l’instruction du dossier de Hissein Habré, Me El hadji Diouf exprime de nouveau sa désapprobation. Il qualifie cette rallonge du délai "d’injuste" de même que la cour qui l’a rendue.



Prolongation de l'instruction de affaire Habré : Me El hadji Diouf crie à la "forfaiture"
« Tout ce qu’elles  (Les Chambres africaines Extraordinaires (Cae)  font, est injuste. C’est un simulacre de procès. Personne ne va utiliser Habré ou ses avocats pour donner de l’importance à une Cour et une décision qui n’ont aucune légitimité. Ce que nous  avocats de Habré dénonçons depuis le début», a déclaré l’avocat de l’ancien président tchadien joint par la rédaction du journal en ligne PressAfrik. Il a tenu ces propos en réponse à la décision du comité de pilotage des Chambres Africaines extraordinaires de rallonger de 8 mois l’instruction du dossier de Hissein Habré.

La juridiction spéciale a aussi donné l’assurance,  à travers un communiqué publié suite à sa première session extraordinaire, qui s’est tenue le 16 avril dernier que la prolongation de l’instruction n’entraînera 'aucune contribution financière  supplémentaire de la part des partenaires".
 
Ce que ne croit pas l’avocat sénégalais. Pour Me Diouf, ce procès  a été  "manigancé  de toutes pièces à cause des retombées financières qu’il  va générer. Et c'est pour cela que les Chambres Extraordinaires Africaines (CAE) veulent faire durer le plus longtemps possible le procès". Et de poursuivre: "Ils disent que la prolongation de l’instruction ne va rien coûter aux partenaires, c’est faux.  C’est simplement pour des raisons financières que ce procès a été manigancé. C’est beaucoup d’argent qui est jeu". 

Me El Hadji Diouf se désarme déjà face au pouvoir des Chambres. Toutefois, il brandit l'arme de la dénonciation. "On n’a aucun moyen de contrer cette décision.  Ils ont  les journalistes avec eux qu’ils utilisent à leur guise, de l’argent et du pouvoir pour faire valoir leur force sur mon client. Alors que nous, on ne peut que dénoncer cette forfaiture. Ce qu’on va continuer de faire" a-t-il souligné. 


Vendredi 18 Avril 2014 - 19:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter