Propos de Manuel Valls sur Ali Bongo: le Gabon rappelle son ambassadeur en France

Le Gabon a décidé dimanche soir de rappeler son ambassadeur en France « pour consultation » après la petite phrase de Manuel Valls samedi sur lors de l’émission "On n’est pas couché" sur France 2. Le Premier ministre a laissé entendre que le président gabonais n’était pas élu "comme on l’entend".



Propos de Manuel Valls sur Ali Bongo: le Gabon rappelle son ambassadeur en France
La déclaration de Manuel Valls a du mal à passer à Libreville, la capitale du Gabon. Invité samedi soir sur le plateau de l’émission "On n’est pas couché" animée par Laurent Ruquier, le Premier ministre a lâché une petite phrase lourde de sens, alors qu’il était interpellé par l’humoriste Jérémy Ferrari sur la présence de certains chefs d’état dans le cortège du 11 janvier après l’attentat de Charlie Hebdo.
Jérémy Ferrari : "Comment vous expliquez qu’Ali Bongo se retrouve en tête d’une marche pour la liberté d’expression ?"

Manuel Valls : "Dans cette manifestation, il y avait des chefs d’Etat et de gouvernement. Vous retenez Ali Bongo, moi je retiens surtout un autre Africain, élu lui,: Ibrahim Boubacar Keïta , le président du Mali".
Jérémy Ferrari : "Ah, parce qu’il n’est pas élu Ali Bongo finalement ?"
Manuel Valls : "Non, pas comme on l’entend."

Cette déclaration était passée plutôt inaperçue en France, la discussion avec Jérémy Ferrari étant ensuite orientée sur la question de la déchéance de nationalité. Mais dimanche soir, le ministère des Affaires étrangères gabonais, Pacôme Moubelet Boubéya, a annoncé que Libreville rappelait son ambassadeur en France, Germain Ngoyo Moussavou, pour "consultations", provoquant le début d’une mini-crise diplomatique. "Une volonté d’apaiser la situation" selon l'ambassadeur du Gabon en France
Du côté du ministère des Affaires étrangères gabonais, contacté par iTélé, pas de commentaire supplémentaire à faire. Egalement contacté par téléphone, l’ambassadeur gabonais à Paris explique "ne pas avoir de déclaration particulière à faire" mais précise qu’il quittera Paris dès lundi "avec le premier avion". Il ajoute cependant : J’ai le sentiment qu’il y a de la part des deux diplomaties une volonté d’apaiser la situation, car nos deux présidents ont de bons rapports.

Ali Bongo a été élu en aout 2009 avec 41,73 % des voix, une élection contestée par les autres candidats estimant que la procédure n’avait pas été respectée. Une controverse existe sur la légalité de sa candidature, ses détracteurs affirmant qu’il serait né au Nigeria, et aurait acquis la nationalité gabonaise lors de son adoption par Omar Bongo, ancien président de la République. Or, seuls les natifs du Gabon peuvent prétendre à être candidat à une présidentielle.

Source : itele.fr


Lundi 18 Janvier 2016 - 11:12



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter