"Propos inélégants et inacceptables": l'APR se démarque de Balla Diop et renouvelle sa confiance à Moustapha Niass



"Propos inélégants et inacceptables": l'APR se démarque de Balla Diop et renouvelle sa confiance à Moustapha Niass
L'Alliance Pour la République (APR, parti présidentiel) exprime sa totale désapprobation des propos malencontreux et désobligeants tenus, par un de ses militants à l'endroit de Monsieur Moustapha NIASSE, Président de l'Assemblée Nationale du Sénégal et de l'Alliance des Forces de Progrès, (AFP) parti allié de l'APR et membre fondateur de Benno Bokk Yaakaar (BBY), coalition de la majorité présidentielle.

"Dans le cadre de ce compagnonnage, le Président Moustapha Niasse,  personnalité éminente de notre vie politique nationale a toujours fait montre, d'une très grande sincérité dans son engagement pour le progrès du Sénégal, d'une loyauté totale envers le Président Macky SALL et d'une rare grandeur, qui ne le dispute qu'à son patriotisme reconnu de tous", clament Seydou Gueye et Cie. 

Aussi, l'APR, exprime-t-elle "ses profonds regrets pour ces propos inélégants et inacceptables qui ne sauraient engager la Convergence des Jeunesses Républicaines (COJER) encore moins les militants et responsables de parti, qui vouent, estime, respect et considération au Président Moustapha Niasse".

Dans le communiqué parvenu à Pressafrik.com, le Président Macky SALL appelle tous les militants et responsables du Parti, à la mesure et à la sérénité. La démocratie requiert de la bienséance et le respect de ses alliés comme celui de ses adversaires politiques". 

"En renouvelant sa confiance et son estime au Président Moustapha Niasse, le Président Macky SALL exhorte tous les membres de l'APR à travailler avec les alliés membres de BBY et des autres cadres qui soutiennent son action à la tête de l'Etat,  dans un esprit d'ouverture, d'unité, de fraternité, en vue d'une large victoire  aux élections législatives du 30 juillet 2017", précise le porte-parole national de l'APR, Seydou Gueye. 

«A 78 ans, Moustapha Niass doit laisser sa place à un jeune ou un cadre de l’AFP. Très jeune, le président Senghor l’a promu et s’est retiré de la vie politique en 1981, à l’âge de 75 ans. Aujourd’hui, Moustapha Niass est dirigé par le Président Sall qui peut être son fils. S’il ne se retire pas à temps, il risque un jour d’être sous l’autorité de quelqu’un qui  peut être son petit-fils. Nous ses petit-fils, lui demandons de sortir par la grande porte», indiquait dernièrement le coordinateur de la COJER de Rufisque, Balla Diop. 

 

 


Vendredi 3 Février 2017 - 09:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter