Provenance des financements des partis politiques : l’Ofnac annonce l'ouverture d'une enquête sur l’origine des fonds



Provenance des financements des partis politiques : l’Ofnac annonce l'ouverture d'une enquête sur l’origine des fonds
Le prétexte saisi, c’est l’affaire Lamine Diack. C’est la raison pour laquelle, la structure dirigée par Nafi Ngom Keita compte faire toute la lumière sur l’opacité totale qui entoure la provenance des fonds de financement de ces centaines de partis politiques. Nafi Ngom Keita, peint la corruption comme une hydre qui ne laisse aucun secteur de notre société.

Et, pour se faire l’Office nationale de lutte contre la fraude et la corruption s’est autosaisie de l’affaire du président Lamine Diack, une affaire de supposé blanchiment d’argent sale qui aurait servi de fonds de campagne pour certains partis de l’opposition en 2012, pour faire face au président de l’époque Mr Abdoulaye Wade.

Et, pour y arriver, Nafi Ngom Keita appelle les partis politiques à collaborer avec l’Ofnac « j’invite solennellement les partis politiques à répondre sur la provenance des fonds de financements, cela en vue de moraliser la vie politique », exhorte Mme Ngom Keita.
Selon, la présidente de l’Ofnac, il est temps de jeter un coup d’œil sur le financement des partis politiques,  non sans préciser que la démarche de l’Ofnac ne vise nullement à empêcher les formations politiques de tourner en rond et d'avoir des fonds pour financer leurs activités.   

En effet de l’avis de la présidente « les citoyens doivent avoir la culture de la reddition « il faut accepter de rendre compte, c’est la raison d’ailleurs de l’enquête que l’ofnac veut mener pour tirer au plus clair le flou qui entoure le financement des partis politiques. Ajoutant que, c'est une enquête normale qui s'inscrit dans une logique démocratique. 

Ainsi, de l’avis de Nafi Ngom Keita, ces enquêtes cherchent simplement à faire la lumière sur cette  histoire qui implique un digne fils du pays et qui a avoué avoir financé avec l’argent du dopage certains partis de l’opposition, c’était en 2012.

Face à la presse hier la présidente de l’Ofnac s’est dit consciente des enjeux de lutte contre la corruption « la corruption n’est jamais un phénomène mineure, qui est une hydre  ».

Nafi Ngom Keita a fait cette déclaration hier, lors de la présentation du premier rapport public de l’Office nationale de lutte contre la fraude et la corruption.   

Khadim FALL

Mercredi 25 Mai 2016 - 08:45



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter