Publireportage - Plan Sénégal Emergent : le Fmi s’engage à accompagner les réformes nécessaires à sa mise en œuvre effective



 

 

 

La Directrice Générale du FMI, Madame Christine LAGARDE qui a effectué une visite officielle au Sénégal du 29 au 31 janvier 2014 pour « renforcer le partenariat   du  FMI avec le Sénégal, pays qui a su bâtir une économie forte, stable et solidaire  au sein de la deuxième région la plus dynamique du monde. » a-t-elle affirmé ;

Lors de la  conférence de presse conjointe avec Monsieur le Président de la République, Monsieur Macky SALL, Madame LAGARDE a salué la pertinence de la vision économique du Sénégal déclinée dans le Plan Sénégal Emergent.

 Pour rappel, le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé en décembre 2014 la huitième revue des résultats économiques obtenus par le Sénégal dans le cadre du programme ISPE (instrument de soutien à la politique économique). La gestion économique et financière du Sénégal a obtenu le satisfecit du FMI. Selon l’institution, la situation macroéconomique du pays est « stable ».
Les résultats obtenus dans le cadre du programme appuyé par l’ISPE sont « satisfaisants ». Ainsi, l’institution note que les objectifs pour fin juin 2014 ont été atteints, à l’exception d’un léger dépassement du plafond des emprunts non concessionnels. Le FMI rappelle néanmoins que les autorités s’attaquent à ces insuffisances.

Pour 2014, le FMI estime que la croissance de 4,5 % (contre 3,5 % 2013), soit 0,4 point de pourcentage en deçà des estimations précédentes, résulte principalement de facteurs exogènes. Le Sénégal a notamment souffert d’un ralentissement dans le secteur du tourisme du fait de l’épidémie d’Ébola dans certains pays ouest africains, combiné au retard enregistré dans le démarrage de la saison des pluies.
Selon le FMI, le PSE contient une stratégie de développement réaliste, y compris le bon do­sage d’investissement privé nécessaire pour soutenir l’investissement public en capital humain et en infrastructures.
 
Il est alors important de rappeler que l’accélération de cette croissance du Sénégal s’articulera autour du développement de nouveaux moteurs de croissance par un effort ciblé sur des projets et réformes à fort effet d’entrainement. Ainsi, un portefeuille de 27 projets phares et 17 réformes phares constituent le fer de lance de la dynamique d’émergence économique,avec l’objectif, dans la prochaine décennie, de porter la croissance à hauteur de 7 à 8%, de façon durable, de créer 600 000 emplois et de réduire substantiellement le déficit de la balance commerciale.

Depuis six mois, il a été lancé la première vague du PSE composée de 14 projets phares et 5 réformes phares et la nomination des Chefs de Projets.

Sur le premier pilier de l’axe 1, orienté vers les moteurs d’exportations et d’investissements directs étrangers (IDE), la redynamisation du tissu industriel sénégalais figure parmi les priorités du PSE. A cet égard, des initiatives soutenues ont été menées, notamment au niveau de la diplomatie économique dans l’Empire du Milieu. Dans le cadre du projet phare « Création de plateformes industrielles intégrées », un premier parc industriel verra le jour sur une zone de 52 hectares à Diamniadio au cours du second semestre 2015. Des études approfondies sont en cours, les travaux d'aménagement devront démarré incessamment et déjà, des intentions fortes sont exprimées par des industriels extérieurs et nationaux (notamment dans les secteurs du textile et de l’emballage) pour une future implantation sur ce site.

Toujours dans la dynamique de relance des exportations et d’attraction des IDE, dans le cadre du projet d’accélération de l’exploitation des gisements de zircon, la société Grande Côte Opération (GCO) a démarré la production sur le site de Mboro en avril 2014 et effectué la première exportation fin août 2014. Dans le même sens, le démarrage de la production sur le site de Niafourang(en Casamance) est imminent, le dernier préalable a régler étant la finalisation de l’étude d’impact environnemental.
 
Dans la perspective de mise en place d’un hub logistique intégré, la réalisation de l’autoroute Thiès-Touba, un des axes les plus fréquentés du Sénégal, en est une composante majeure.

Il faut annoncer la pose de la première pierre de cet ouvrage majeur par Monsieur le Président de la République, le 27 décembre 2014, investissement réalisé sur financement de la China EximBank.
Sur le plan ferroviaire, il est à noter les avancées notoires sur le projet de Train Express Régional entre Dakar et le nouvel aéroport international Blaise Diagne, grâce à une contractualisation avec la société française Systra qui devrait intervenir d’ici à la fin de cette année.

Par ailleurs, l’ambition de développer un hub multiservices régional est engagée avec la création en cours d’une nouvelle zone touristique intégrée à Pointe Sarène, l’inauguration officielle de ce site étant planifiée à l’horizon décembre 2016. Ce projet a été mûrement réfléchi avec l’ensemble des structures impliquées dans l’aménagement de cette zone afin de mettre en place les conditions nécessaires pour permettre l’implantation de promoteurs hôteliers. Les réflexions en la matière ont débouché sur la finalisation d’une feuille de route détaillée, adossée à un contrat de performance impliquant toutes les parties prenantes,avec des indicateurs clés de performance. Cette démarche novatrice aboutira, dans les tout prochains jours,sous l’autorité du Premier Ministre à la signature officielle de ce contrat de performance par les ministres concernés ainsi que par les directions et structures impliquées.
Par ailleurs, le projet phare de relance du hub aérien a connu des avancées significatives avec un état d’avancement à ce jour à hauteur de 78% pour la réalisation du nouvel aéroport international Blaise Diagne.

Les progrès ainsi enregistrés au cours des six (6) derniers mois sur ces moteurs de croissance exogènes n’occultent pas les ambitions propres au second pilier de l’axe 1, porté par les moteurs de croissance d’emploi et d’inclusion sociale.

Au premier rang d’entre eux, figure le programme de relance de l’habitat social, qui a démarré avec la pose de la première pierre du Pôle Urbain de Diamniadio le 24 mai 2014 par le Président de la République. 5 développeurs sont impliquésdans ce projet, avec un objectif de construction de 15 934 logements à l’horizon 2018.
Les décrets d’immatriculation des terres dédiées à ce projet sont déjà disponibles et les travaux ont démarrés et sont visibles de tous.

Cette manifestation a été suivie par la pose de la première pierre de la Cité de l’émergence, le 23 septembre 2014. Dans une perspective visant à densifier l’existant, cet ensemble, composé de 17 tours de 10 étages, dont la durée prévisionnelle des travaux est de 24 mois, permettra de donner un second souffle et une nouvelle dimension au centre-ville de Dakar.

Une autre composante majeure de ce pilier orienté vers la croissance endogène trouve sa source dans les produits du terroir, au sein du secteur agriculture-agroalimentaire et produits de la mer. S’agissant de ce dernier volet, dans le cadre du projet phare de développement accéléré de l’aquaculture cinq projets d'aquaculture sont en train d'être accompagnés au niveau de Diamniadio, Sangalkam et Richard Toll, avec un objectif de production de 12.000 tonnes à l’horizon 2017.

Au niveau de l’agriculture, le programme d’accélération de la cadence de l’agriculture au Sénégal porte d’ores et déjà ses à travers le projet phare de création de 3 corridors céréaliers, à travers la mise en œuvre du corridor riz, avec un objectif d’atteinte de l’autosuffisance sur cette spéculation dans les 3 prochaines années. Son pendant, le projet phare orienté vers la mise en place de 150 projets d’agrégation sur les filières à haute valeur ajoutée, fait actuellement l’objet de concertations approfondies avec les différentes acteurs publics et privés (ANIDA, PRODAC, CFAHS, etc) afin de parvenir à l’élaboration d’un contrat de performance, selon le canevas adopté pour le projet de Pointe Sarène, pour atteindre les objectifs déclinés dans le PSE.

Ces premiers résultats encourageants sont de bonne augure pour la suite de la mise œuvre du PSE, mais ne doivent pas occulter le fait que les efforts pour poursuivre cette marche résolue vers l’émergence devront être poursuivis de plus belle. Certaines échéances à venir ont été déclinées et un nouveau point d’étape sera franchi avec le lancement des prochaines vagues d’actions phares qui interviendra dans le courant du premier semestre 2015.


 


Service Communication Ministère des Finances

Lundi 2 Février 2015 - 15:56



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter