Qu'est-ce que et d'où vient la Toussaint ?



Qu'est-ce que et d'où vient la Toussaint ?
Comme son nom l'indique, la Toussaint est une fête catholique et c’est la fête de tous les saints. Chaque 1er novembre, l'Eglise honore ainsi la foule innombrable de ceux et celles qui ont été de vivants et lumineux témoins du Christ. Si un certain nombre d'entre eux ont été officiellement reconnus, à l'issue d'une procédure dite de « canonisation », et nous sont donnés en modèles, l'Eglise sait bien que beaucoup d'autres ont également vécu dans la fidélité à l'Evangile et au service de tous.


C'est bien pourquoi, en ce jour de la Toussaint, les chrétiens célèbrent tous les saints, connus ou inconnus. Cette fête est donc aussi l'occasion de rappeler que tous les hommes sont appelés à la sainteté, par des chemins différents, parfois surprenants ou inattendus, mais tous accessibles. Comme l’expliquait le Pape Jean-Paul II, en 2003, la Toussaint nous invite « à tourner notre regard vers l’immense multitude de ceux qui sont déjà parvenus à la Patrie bienheureuse ». Elle souligne que la sainteté « est la vocation de chaque baptisé » et nous porte dans l’Espérance chrétienne de la résurrection.


La sainteté n'est pas une voie réservée à une élite : elle concerne tous ceux et celles qui choisissent de mettre leurs pas dans ceux du Christ. Le pape François nous l'a fait comprendre récemment en canonisant les Papes Jean Paul II et Jan XXIII en béatifiant le Pape Paul VI. La vie de ces saints constitue une véritable catéchèse, vivante et proche de nous. Elle nous montre l'actualité de la Bonne nouvelle et la présence agissante de l'Esprit Saint parmi les  hommes. Témoins de l'amour de Dieu, ces hommes et ces femmes nous sont proches. 


D’où vient la fête de Toussaint ?
A Rome, la fête existait certainement au Vème siècle, le dimanche après la Pentecôte. Elle fut déplacée une première fois par le Pape Boniface IV au jour anniversaire de la dédicace de l’ancien Panthéon, transformé en église sous le vocable de Sainte-Marie et des martyrs le 13 mai 610. En 768, l’empereur Charlemagne voulant recréer un grand empire à l’image de la Rome antique prestigieuse, favorisa les moines irlandais qui unifiaient les traditions celtiques, germaniques et romaines de son empire et qui l’alliaient à Rome. Diverses explications ultérieures tenteront de « romaniser » l’origine de la fête, de la faire venir de Rome sinon de Palestine. Mais les documents prouvent que ce sont les influences gallicanes du temps de Charlemagne qui ont fait adopter cette fête à Rome. Rome ayant rompu ses origines orientales, il parut donc de bonne politique de plaire à Charlemagne en déplaçant la fête des martyrs du 13 mai au 1er novembre. La diffusion de cette fête sera lente, au rythme de la lente progression de l’omniprésence cléricale.


Elle fut, semble-t-il, transférée définitivement au 1er novembre par Grégoire III qui dédicaça en ce jour une chapelle de la basilique Saint-Pierre en l’honneur de tous les saints. Grégoire IV ordonna que la Toussaint fût fêtée dans le monde entier et le pape Sixte IV, en 1580, en fera une des grandes fêtes chrétiennes en lui attribuant une octave, soit une semaine de liturgie spéciale.C'est seulement au XXe siècle que Pie X l'insère dans la liste des huit fêtes, avec obligation d'entendre la messe. La fête de tous les saints devient une fête chômée.

 

Oficom

Samedi 1 Novembre 2014 - 14:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter