Quand Ruffin fait le bilan de Macky : Immobilisme, manque d’initiatives, Karim…

Immobilisme et sur la défensive. C’est ce que reproche Jean-Christophe Rufin dans l’interview accordée à nos confrères de «mondafrique.com». Jean-Christophe Rufin ancien ambassadeur de la France en poste au Sénégal entre 2007 et 2011, revenait ainsi sur certains points de l’actualité qui défraient la chronique.



Quand Ruffin fait le bilan de Macky : Immobilisme, manque d’initiatives, Karim…
Le gouvernement de Macky Sall est «très immobiliste, prend peu d’initiatives et se montre défensif sur de nombreuses questions», a déclaré Jean-Christophe Rufin ambassadeur de la France au Sénégal entre 2017 et 2011. «Le procès du fils Wade occupe encore l’essentiel de la vie politique du pays près de trois ans après l’élection de Macky Sall», explique-t-il. Et de poursuivre : « on a l’impression de rejouer le scénario de la France et de l’Allemagne après la guerre de 1914 lorsqu’on disait "l’Allemagne paiera". «Depuis cinq ans au Sénégal, le discours général est : "Karim Wade rendra ce qu’il nous a volé". Comme si cela allait résoudre tous les problèmes du pays. Or, il n’est jamais bon de s’installer dans une logique de réparations. Au Sénégal, celle-ci a en partie servi à calmer les attentes du peuple après l’alternance. Pour sortir de cette impasse il faut une justice indépendante qui pèse».

Concernant le terrorisme M. Rufin déclare que nos confréries jouent un rôle pour contrecarrer le terrorisme mais juge que ce n’est pas suffisant : «même si le poids des confréries freine la montée de l’islamisme radical, le pays est vulnérable, notamment dans l’est où l’on craint le passage de groupes terroristes».

Selon le diplomate, par ailleurs académicien, la léthargie notés sur le secteur du tourisme est due au fait que : «Le Sénégal subit le contre coup de la guerre en Guinée. La situation en Casamance demeure également instable. L’affolement autour de l’unique cas d’Ebola décelé dans le pays a porté un coup dur au tourisme. Bref, Dakar est dans une zone de turbulences».

Ousmane Demba Kane

Mardi 7 Avril 2015 - 14:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter