«Quand on donne 600 millions aux syndicats, on n’est pas contre ces syndicats» : Mahammad Boune Abdallah Dionne

Dans son deuxième passage à l’hémicycle, Mahammad Boune Abdallah Dionne et les ministres de son gouvernement sont revenus sur différents sujets qui défraient l’actualité. Mais le secteur de l’Education en a occupé une bonne partie.



«Quand on donne 600 millions aux syndicats, on n’est pas contre ces syndicats» : Mahammad Boune Abdallah Dionne
La ministre de la Fonction publique Viviane Bampassy a expliqué aux parlementaires les points sur lesquels les négociations avec les enseignants butent. «Le président de la République nous a instruit de ne prendre que des engagements que nous pouvons respecter. Il faut gérer les enseignants mais pas au détriment des autres fonctionnaires. Jusqu’à présent nous n’avons des divergences que sur le point du logement», a-t-elle expliqué.

Cette question qui a fait l’objet d’une attention particulière de la part des députés, a permis au Premier ministre de se saisir de cette occasion pour apporter quelques précisions.  «Je remercie les négociateurs, les députés. Je vous remercie au nom du président de la République. Demain je recevrais à 4 heures l’ensemble des syndicats des enseignants. Le Gouvernement de Macky Sall est un gouvernement de dialogue social. Notre gouvernement. Quand on donne 600 million aux syndicats, on n’est pas contre les syndicats», a déclaré le Premier ministre.

Poursuivant sur sa lancée, Mahammad Boune Abdallah Dionne déclare : «Des engagements pris entre 2002 et 2012 n’ont pas été respectés malheureusement pour cause de contrainte budgétaire. On entend beaucoup de gens s’agiter autour de la question de l’Education. Tout le monde croyait que 2012 allait être une année blanche. La mise en œuvre des accords 26 milliards ça se programme surtout hors budget», avant de terminer sur ce sujet : «Il n’y a pas de problème de fond le problème c’est dans la mise en œuvre pour le moment nous n’avons pas la capacité de rehausser les indemnités de logement. Les pays qui ont essayé de prendre ce genre de mesures populistes ont du mal à payer leurs fonctionnaires».

Ousmane Demba Kane

Jeudi 23 Avril 2015 - 20:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter