Quelle mission et quels dirigeants pour l’EPT dans un contexte d’émergence ?

Le projet de loi visant à remilitariser l’Ecole Polytechnique de Thiès (EPT) secoue l’institution, cristallise les passions et remet en cause le consensus obtenu, de haute lutte, par l’ensemble des parties prenantes autour de sa vision et de son projet stratégique. Le débat fait rage, la controverse s’installe et le climat social se détériore de jours en jours devant l’immobilisme. Dès lors, il est de notre responsabilité de participer au débat sans ajouter à la polémique afin de contribuer à l’apaisement de la situation et de proposer des voies de sorties. Mais, quels sont les termes de ce débat ? La question est de savoir, faut-il pour le Sénégal, une remilitarisation de l’EPT ou en faire un fer de lance d’une réelle politique développement industriel ? En d’autres termes, quelle devra être la mission de l’EPT dans ce Sénégal de l’Emergence ?



Quelle mission et quels dirigeants pour l’EPT dans un contexte d’émergence ?

Il me plait, de prime abord, de relever avec les autorités actuelles, que le débat ne porte nullement sur la nécessité pour le Sénégal, de se doter d’une école d’élite enracinée dans une culture d’excellence, au service de son développement.  Cette vision est rappelée dans le document de stratégie de l’école : «L’EPT  ambitionne de fournir les meilleures capacités scientifiques et  technologiques  au Sénégal et à l’Afrique afin de propulser et de soutenir le développement du continent. L’EPT s’appuie sur ses valeurs traditionnelles (Sagesse, Savoir, Devoir et de Créativité) qui constituent  le socle social génome de l’identité Polytechnicienne de Thiès.» La volonté de remilitariser l’EPT découle plutôt de la dernière crise survenue après la grève des élèves ingénieurs et de la nécessité pour l’Etat de restaurer la discipline et la rigueur dit-on dans l’école. Il est vrai que l’environnement de l’Enseignement Supérieur, étouffant des difficultés récurrentes pour l’Etat, à caser la pléthore de bacheliers dans un système  ayant largement dépassé ses limites, contraste abondamment avec les revendications posées lors de cette dernière grève. L’Etat a été alors amené à opposer la rigueur et la discipline militaire à ce segment d’étudiants privilégiés à qui Il offre une formation d’élite, dans un contexte de raréfaction des ressources publiques. Je fais l’hypothèse réaliste que cette volonté  de réforme par une remilitarisation ne vise que ses enfants (élèves ingénieurs) que la nation prépare aux défis technologiques futurs et non aux Enseignants chercheurs et personnels administratifs et techniques, autres adultes composantes de l’établissement. Sous ces auspices, l’initiative est louable en ce qu’elle vise à optimiser des ressources investies, dans un contexte de raréfaction. 
Toutefois, la démarche adoptée semble condamnée par des lacunes qui handicapent ses chances de succès. Réagir aux rumeurs et à la conjoncture par un décret ou un projet de loi ne s’avère guère être la meilleure façon d’aborder ces problématiques. En effet, il est fatal de penser, même aux détours des intentions les plus généreuses, qu’un décret ou un projet de loi suffit à orchestrer le changement organisationnel dans le management public. Il est regrettable que le cabinet du Président de la République avec ses éminents spécialistes du management comme Abdou Aziz Tall, ait laissé passer ce projet réforme sans suffisamment aviser sur le fait que pour le changement organisationnel, il faut d’abord et avant tout le planifier (comme ce dernier l’a toujours enseigné). Cette planification aurait permis d’apaiser les termes du débat, de promouvoir le dialogue et la consultation afin d’identifier les résistances et freins aux changements et d’offrir des gages quant à la réussite des réformes. Elle aurait également permis de mieux intégrer les attentes des parties prenantes (la Direction, les PER, les PATS, les Etudiants, les Alumnis, etc.) Aujourd’hui, si les élèves ingénieurs semblent acquis à la réforme, les PER et PATS indiquent, dans leur mémorandum du 16 Février 2016, qu’ils n’ont aucun problème avec la rigueur militaire mais récusent toute idée d’une administration militaire totale de l’EPT. 
Pour ma part, je tiens simplement à recentrer le propos dans une perspective purement stratégique en interrogeant la mission de l’EPT à l’aune des défis de l’Emergence. Fondamentalement, la mission de l’EPT est de proposer des enseignements et des activités de recherche visant au perfectionnement permanent, à l’adaptation et à la participation à l’évolution scientifique et technologique du Sénégal. Dans ce monde globalisé, où l’environnement technologique est en perpétuelle reconfiguration, la maitrise de compétences distinctives dynamiques reste le principal levier sur lequel se fonde la compétitivité des pays. L’on constate aussitôt que dans ce secteur, l’enseignement et la recherche sont les deux principales mamelles des activités des écoles d’ingénieurs. Habituellement, les activités d’enseignements par la transmission d’un corpus de connaissances scientifiques et technologiques stables dans les domaines de génie, ont été la vocation première de l’EPT. Cela s’est manifesté de manière informelle dans la tradition de transmission de génération en génération des Kamils de cours entre les différentes promotions d’élèves ingénieurs. A titre d’exemple, en tant que étudiant, il était loisible de s’entrainer sur des exercices ou devoirs soumis aux anciens il y a plusieurs années auparavant. Cette relative stabilité dans les enseignements, articulée autour de rites et de routines est compatible avec la culture rigoriste et rigide d’obédience militaire. Elle a permis à l’EPT de conserver ses stocks de connaissances disponibles, malgré les nombreuses errances et tumultes de sa vie institutionnelle. Elle permet pareillement d’expliquer la forte culture organisationnelle réfractaire aux changements caractérisant souvent les grandes écoles qui y prévaut comme en témoignent les débats stériles lorsque la réforme LMD s’est imposée à l’enseignement supérieur. Dans ces contextes, il est fréquent d’entendre des anciens, languis par une nostalgique de la stabilité d’une certaine époque du régime militaire, réclamer le retour à la militarisation chaque fois qu’une crise ou une difficulté survient comme actuellement.
Mais c’est méconnaitre que tout au long de leur existence, les organisations subissent des pressions et contraintes environnementales, qui leurs dictent les exigences de l’heure. Et ces exigences indiquent, aujourd’hui, que la formation d’excellence d’ingénieurs ne requiert plus simplement de la rigueur dans toutes ses dimensions surtout scientifiques mais appelle de la flexibilité. La flexibilité c’est la liberté, autrement dit la faculté d’un individu à faire des infidélités à ses habitudes, à tordre le cou à sa culture mais surtout sa capacité dans des situations données d’essayer et de se promener dans d’autres avenues. Former des ingénieurs rigoureux dans leur démarche scientifique et dotés de flexibilités intellectuelles pourvoyeuses de créativité, dans toutes les circonstances de la vie, est devenue une compétence distinctive pour les institutions de formation d’ingénieurs. La promotion d’une culture de créativité substratum de l’innovation et du progrès technologique, est inscrite en lettre d’or dans l’ensemble des documents de stratégies des écoles d’excellences des formations d’ingénieurs dans le monde. C’est dire que l’heure n’est plus à la consommation effrénée de corpus de connaissances établies ailleurs, mais bien à la production et à la diffusion de connaissances scientifiques et technologiques à destination du tissu économique du pays. C’est bien le dessein assumé de l’EPT qui, dans son  dernier document de stratégie, proclame à l’axe trois la promotion de l’innovation et d’une recherche couplant rigueur scientifique et utilité sociale. Cette recherche vise à booster la compétitivité des industries du pays par l’arrimage de leurs compétences techniques aux meilleurs standards internationaux en perpétuels renouvellements. Elle se veut comme une réponse scientifique et technologique appropriée aux problèmes qui se posent à notre économie. En effet, cette recherche scientifique et technologique centrée sur les préoccupations réelles de nos industries devra être le pilier central, l’architectonique ou la clef de voûte de nos politiques telle que consacrée par la concertation nationale sur l’avenir de l’enseignement supérieur. Et si nous voulons ne pas rater le train de l’émergence ou encore moins nous en limiter au stade des vœux pieux, il est impératif d’intégrer cette nouvelle donne.
En vérité, aucun pays ne peut prétendre à l’émergence ou au développement sans disposer d’une recherche scientifique et technologique axée sur les besoins réels de ses acteurs économiques et ouverte sur le monde. A titre d’exemple en Suisse, l’EPFL dans son plan stratégique qui arrive à échéance en 2016, souhaite réunir sur l’horizon 2019, dix mille (10 000) étudiants dont deux mille cinq cent (2 500) doctorants travaillant sur des problématiques qu’elle juge déterminants. L’on comprend aisément que ces pays développés qui dispose d’une vision claire et pas seulement conjoncturelle ou erratique de leur politique de recherche au niveau de chaque institution de formation d’abord, fédérée ensuite au plan national, sont plus préparés que nous dans la compétition économique mondiale. Et cette compétition économique ne peut être portée au Sénégal comme partout ailleurs par l’Armée qui a une mission exclusive de défense nationale mais bien par les acteurs économiques et universitaires. Qu’en est–il du Sénégal ou les minima envisagés dans le document de stratégie de l’EPT semblent présentement compromis par une volonté de réforme précipitée ? Il me vient à l’esprit la réflexion de Kolter & Dubois (2005) pour qui « le futur n’est pas devant nous. Il s’est déjà produit. Malheureusement, il est inéquitablement réparti entre les entreprises, les secteurs et les pays.» 
Toutes ces considérations me fondent à interpeller l’ensemble des parties prenantes de l’EPT (la Direction, les PER, les PATS, les Etudiants, les Alumni et les Autorités), à un sursaut de patriotisme pour qu’en définitive ne prendre en considération que les enjeux capitaux qui s’imposent au Sénégal. Dans cette même veine, je proposerai à l’Autorité dans sa volonté de réforme, après une planification minutieuse du changement, de ne confier à l’Armée que la gestion du campus social. Ce qui lui permettra sans aucun doute d’accroitre la rigueur et la discipline au sein de l’établissement. Mais en ce qui concerne la gestion de l’école proprement dite et tout ce qui touche à la pédagogie, je considère qu’elle doit rester dévolue aux personnels PER tel qu’organiser par les textes régissant les universités. C’est la seule voie pour maintenir une bonne dose de flexibilité tutélaire d’une culture de créativité, d’innovation, d’esprit entrepreneurial indispensable à toute formation d’excellence d’ingénieurs mais aussi de suivre le fil des évolutions pédagogiques et de soutenir une veille technologique appréciable. Cela aussi aura la sagesse d’éviter une dérive stratégique préjudiciable au Sénégal et de prévenir de graves disfonctionnements liés une gestion militaire intégrale de l’établissement. Mieux, la Présidence du conseil d’administration de l’école, organe qui, dans la gouvernance institutionnelle, s’occupe du contrôle peut être réservée à l’Armée. Ainsi cette instance servira mieux de pont à l’Armée pour construire un espace de dialogue soutenu et constructif avec la direction de l’école, sans qu’elle ne s’enlise dans une gestion exécutive d’enseignants chercheurs, de professeurs des universités ou de problématiques glissants de recherche dont elle n’a pas la main mise sur les tenants et les aboutissants.

Moussa Dia 
Consultant & Doctorant en gestion


Mercredi 9 Mars 2016 - 18:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter