RADDHO - Référendum: le Conseil recadre Aboubacry Mbodj

Le Conseil d’Administration de la RADDHO «n’est pas d’accord avec Aboubacry Mbodj sur sa prise de position en faveur du NON pour ce référendum». En réunion, le Conseil a recadré le Secrétaire général de la RADDHO. Voici les conclusions de la rencontre.



RADDHO - Référendum: le Conseil recadre Aboubacry Mbodj
Objet : Orientation du Conseil d’Administration suite à la prise de position du Secrétaire Général à propos du référendum du 20 mars 2016
 
Monsieur le Secrétaire Général,
Mesdames, Messieurs les membres du Secrétariat Général et du Bureau des Observatoires décentralisés des Droits humains de la RADDHO
Mesdames, Messieurs les membres de la RADDHO
 
Suite à l’interpellation de l’Observatoire Décentralisé des Droits Humains de Kaolack sur la prise de position du Secrétaire Général de la RADDHO à propos du référendum du 20 mars 2016,
Le Conseil d’Administration,
Considérant l’argumentaire fourni par le Secrétaire Général pour justifier sa position ainsi que les différentes réactions des membres de l’organisation,
Considérant qu’une telle prise de position aurait dû être l’objet d’une large concertation préalable au niveau des instances de l’organisation,
Tenant compte de l’esprit de rupture dans la démarche proclamée lors du 4ème congrès,
Soucieux de préserver l’intégrité de l’organisation et d’éviter la division,
 
Décide
La RADDHO peut participer à des cadres de veille citoyenne mais dans le respect strict des principes et valeurs qui fondent l’organisation.
La RADDHO dans ses prises de position doit se conformer strictement aux statuts, notamment à son article 3 qui mentionne le caractère non partisan de l’organisation.
Face à la consigne de vote donnée par le Secrétaire général, le Conseil d’Administration, pour éviter le discrédit sur notre organisation, récuse cet acte et lui demande de se conformer désormais scrupuleusement dans ses prises de position, engagements citoyens et déclarations publiques à cette présente note.

Les ODDH, pour éviter la division et la fragilisation de notre organisation, sont tenus à l’esprit de cohésion et d’adhésion aux prises de position du Secrétariat Général dans le respect des textes de l’organisation. En tout état de cause, ils peuvent s’en ouvrir au besoin aux instances de l’organisation pour arbitrage, lorsque certaines positions leur semblent contraires aux principes et valeurs de la RADDHO.

Le Secrétaire Général doit désormais adopter une démarche participative et collégiale en usant de la concertation et du consensus comme mode de prise de décision. Le Conseil d’Administration, afin d’éviter le discrédit sur l’organisation, se réserve le droit d’exercer pleinement ses compétences statutaires à chaque fois que des dérives seront commises.


Samedi 19 Mars 2016 - 11:11



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter