RCA: Heurts meurtriers entre anti-balaka et ex-Seleka près de Bambari

Des heurts ont opposé samedi matin dans le centre de la Centrafrique des anti-balaka et des éléments de l'UPC, un groupe composé d'ex-Seleka. Les violences se sont déroulées très tôt dans la matinée à Gbotobadia, un village situé à une trentaine de kilomètres de Bambari. Les combats ont fait plusieurs victimes. On compte au moins quatre ex-Seleka tués et quatre autres blessés. Le corps d'un anti-balaka a été retrouvé. Trois civils sont également morts.



Des combattants de l'ex-Seleka en route vers un village à 25 kilomètres de Bambari, le 25 mai 2014. REUTERS/Siegfried Modola
Des combattants de l'ex-Seleka en route vers un village à 25 kilomètres de Bambari, le 25 mai 2014. REUTERS/Siegfried Modola

Les anti-balaka ont attaqué au point du jour, aux alentours de 5h du matin, prenant visiblement par surprise le petit contingent d'ex-Seleka qui gardait la barrière d'entrée de Gbotobadia. Selon un porte-parole de l'UPC, l'une des branches de l'ex-Seleka qui contrôle la zone, la dizaine d'hommes en faction a vite été submergée, mais des renforts envoyés de Bambari auraient permis de repousser les assaillants.

En tout cas, le village où ne résident plus que quelques familles a de nouveau été endeuillé. Quatorze de ses maisons ont également été incendiées selon le Comité international de la Croix-Rouge, qui a procédé à l'inhumation de quatre corps sur place. Une demi-douzaine de blessés par balle ont également pu être acheminés à Bambari pour être hospitalisés. « L'assaut semblait très ciblé », indique un témoin.

En tout cas, il intervient alors qu'anti-balaka et UPC sont en pourparlers à Bambari, sous l'égide de la Minusca, en vue d'un cessez-le-feu. La zone est en effet régulièrement secouée par des violences. Tous les villages le long de la route numéro 2 qui mène à Gbotobadia sont déserts depuis des mois. Leurs habitants sont pour la plupart installés dans les camps de déplacés de Bambari. « L'accord devait être conclu ces jours-ci, mais après cet incident, les négociations risquent de se compliquer un peu plus », confie une bonne source.


Rfi.fr

Lundi 22 Décembre 2014 - 09:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter