RCA: calme précaire à Bangui, après une opération militaire dans le PK5

Sept morts et treize blessés, c’est le bilan provisoire donné mardi par le gouvernement centrafricain après l'opération militaire de la veille dans la zone du Kilomètre 5. L'opération visait des éléments d'un groupe d'autodéfense qui avaient pris en otage six policiers dimanche. La mission onusienne (Minusca) est donc intervenue. Depuis un calme précaire règne dans la capitale.



A Bangui, malgré la fin de l’opération militaire, l’atmosphère reste lourde. Ce que confirme à RFI Diane Corner, la représentante spéciale adjointe du secrétaire général des Nations unies en Centrafrique : « Le calme est un peu précaire, il faut le dire. Il y a des tensions élevées en ce moment à Bangui. Ça se voit, il y a un sentiment d’inquiétude. Et on sait qu’à Bangui, ça peut tourner vite. »
 
Et la diplomate d'analyser : « Après la période des élections qui a connu un certain calme, peut-être est-ce une reprise, si vous voulez, d’une situation plus tendue. Certains éléments des ex-Seleka ne sont pas du tout contents avec la situation actuelle, et essaient toujours de prendre l’ascendant dans certaines zones du pays. Ces tensions peut-être sont reflétées actuellement ici à Bangui au PK5. »
 
Reste que l'affaire des policiers otages n'est pas close. Cinq manquent à l'appel et c'est donc logiquement que le gouvernement demande leur libération. « Nous continuons de suivre avec beaucoup d’attention l’évolution de la situation, confie à RFI le ministre centrafricain de la Sécurité, Jean Serge Bokassa. Ce groupuscule d’individus [est] coordonné par les hommes, considérés comme des petits chefs de guerre, qui depuis quelque temps organisent une activité criminelle au sein du Kilomètre 5. »
 
Dissolution
 
Le ministre demande ainsi tout bonnement la dissolution des groupes armés, « qui aujourd’hui attendent le DDR [Désarmement-démobilisation réinsertion] On a tellement laissé faire ces criminels qu’aujourd’hui, ils pensent avoir un statut privilégié. Ils ont droit de vie et de mort sur n’importe quel citoyen. C’est inadmissible. Et nous combattrons justement tout ce qui met en péril la vie de nos compatriotes, la paix, au plan national. »
 
Signe de la recrudescence de l'insécurité dans le pays, la journée de lundi a également été marquée par de violents affrontements dans le Nord, dans la zone de Kaga-Bandoro et dans celle de Kabo. Affrontements entre factions rivales des ex-Seleka, affrontements entre ex-Seleka et éleveurs peuls, des éleveurs en armes qui veulent que les Seleka lèvent les barrages. Une trentaine de morts en tout, selon une source gouvernementale.
 
 ■ MSF suspend ses opérations pour trois jours
 
L'ONG a annoncé la suspension pour trois jours, à compter de ce mercredi 22 juin, de toutes ses opérations jugées non essentielles pour protester le meurtre un chauffeur de l’un de ses convois, vendredi 17 juin, dans le centre-est du pays. Déjà le 18 mai dans la région de Kouki, dans le nord du pays, un autre convoi de MSF avait été attaqué et l'un des chauffeurs avait été tué.
 
Quand Médecins sans frontières, avec 18 projets en RCA, 2 300 personnels nationaux, plus de 200 personnels internationaux, plus de un million de consultations curatives en 2015, est amené à devoir suspendre, même fusse pour trois jours, les activités médicales non essentielles afin d’interpeller qui de droit, je crois qu’il y a lieu que l’ensemble de la communauté prenne le temps effectivement de réfléchir pour faire mieux. 


Source: Rfi.fr


Mercredi 22 Juin 2016 - 16:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter