RCA: fraternisation à la grande mosquée de Bangui

La réconciliation est un travail au quotidien à Bangui. Malgré les violences, les actes de vengeance et de représailles fréquents dans la capitale entre chrétiens et musulmans, le gouvernement met en place sa politique de réconciliation, une politique qui passe par des gestes symboliques. Vendredi, la ministre de la Communication et de la réconciliation, Antoinette Montaigne, s’est rendue à la mosquée du PK5, l’enclave musulmane de Bangui, pour la prière du vendredi.



Antoinette Montaigne, ministre de la Communication et de la Réconciliation en Centrafrique. Elle s'est rendue à la grande mosquee ce vendredi pour une priere en compagnie des musulmans. RFI/Olivier Rogez
Antoinette Montaigne, ministre de la Communication et de la Réconciliation en Centrafrique. Elle s'est rendue à la grande mosquee ce vendredi pour une priere en compagnie des musulmans. RFI/Olivier Rogez

Escortée par la Misca lourdement armée, la ministre de la Communication et de la réconciliation a traversé une partie de Bangui pour rejoindre l’enclave musulmane du PK5. Arrivée à la grande mosquée, Antoinette Montaigne, sourire éclatant et voile noir sur les cheveux a assisté à la prière du vendredi. Puis elle a demandé aux musulmans de ne pas quitter la capitale, malgré la pression des anti-balaka.

« Je suis venue à la grande mosquée, a-t-elle déclaré, parce que cette semaine depuis le 24 mars, nous avons lancé la grande semaine de prières, pour apaiser les esprits et les coeurs, en vue de la réconciliation nationale. Et donc aujourdhui, je suis venue naturellement à la grande mosquée de Bangui pour fraterniser avec nos frères musulmans qui ont peur à cause de tout ce qui s'est passé dans le pays. J'ai réussi à les convaincre de rester dans leur pays.»

Sécurité pour tous

Les deux imams du PK5 ont remercié la ministre pour son geste et ses propos. Ils ont aussi désigné cet homme pour répondre à la presse. Son message est simple. Les gestes symboliques sont appréciables mais ils ne suffisent pas. « On est content, mais on attend quelque chose de plus important, qui est la sécurité. On nous attaque de partout. Que nous soyons des musulmans ou des chrétiens, il faut que tout le monde se sente en sécurité dans ce pays.»

Ce dimanche les imams sont invités par la ministre à se rendre à leur tour à la cathédrale pour une prière œcuménique.

Source : Rfi.fr
 



Samedi 29 Mars 2014 - 11:48



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter