RDC: début des discussions pour l’opposition réunie à Bruxelles

A 6 000 kilomètres de Kinshasa, l’opposition congolaise tient son conclave à Bruxelles. Deuxième jour de cette réunion à l’invitation d'Etienne Tshisekedi. Le leader de l'UDPS a lancé mercredi un appel à l'unité pour faire partir le chef de l'Etat, Joseph Kabila, à l'issue de son mandat, à la fin de l'année. Etienne Tshisekedi plaide pour une participation au dialogue national proposé par le président, mais avec des conditions. Et après des tractations sur la forme hier, les discussions sur le fond ont commencé ce jeudi matin.



Avec notre envoyée spéciale à Bruxelles, Laure Broulard
 
L'objectif du jour pour l’opposition congolaise réunie à Bruxelles est de définir des stratégies communes en vue de l’alternance. La plupart des grands ténors de l’opposition à Joseph Kabila se sont donc finalement mis autour d’une table. Les délégations se sont mises au travail ce matin autour de l’UDPS d’Etienne Tshisekedi et de ses alliés.
 
Pour le G7, acquis dès le départ à la réunion, il y a notamment Olivier Kamitatu et Christophe Lutundula. Pour la Dynamique de l’opposition, qui a finalement accepté de prendre part à la conférence, sont présents Martin Fayulu, président de l’ECIDE, et Patrick Mayombé, le modérateur de la plateforme. Vital Kamerhe est absent, mais le secrétaire général de sa formation politique, l’UNC, Jean-Bertrand Ewanga a fait le déplacement. Il dit être là au nom du parti. Quant à la société civile, elle est représentée par Georges Kapiamba, président de l’ACAJ, et par des membres de la lucha principalement.
 
L’influence de Katumbi
 
Moïse Katumbi est très attendu, même si sa participation est encore incertaine, car officiellement, il est toujours en convalescence à Londres. Il est en tout cas représenté assurent des proches présents à Bruxelles et son influence est certaine. Venir dès le début de la rencontre aurait été maladroit, ajoutent-ils. Mercredi, chez les partis alliés de l’UDPS et au sein de la Dynamique, certains dénonçaient une trop forte influence du candidat et de ses alliés dans la conférence.
 
Ce matin, avant de commencer les discussions, il aura encore fallu aplanir quelques tensions sur les contours et les conditions du dialogue national mentionné par Etienne Tshisekedi dans son discours inaugural. Cet après-midi, il s’agira ensuite de définir concrètement des actions communes et de mettre en place un éventuel organe de coordination. Un communiqué final est annoncé pour la fin de l’après-midi. 


Source: Rfi.fr

Aminata Diouf (Stagiaire)

Jeudi 9 Juin 2016 - 13:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter