RDC: des centaines de miliciens dans l'attente d'une éventuelle intégration au sein de l'armée

La République démocratique du Congo a donné jusqu’au 30 novembre aux différents groupes armés pour rendre les armes. Depuis la fin de l’offensive contre le M23, près de 1500 combattants ont décidé de se rendre dans l’espoir d’une intégration à l’armée. Une question que l'Etat congolais va devoir régler rapidement. Tous sont regroupés à Bweremana à une cinquantaine de kilomètres de Goma.



Des enfants congolais jouent sur un tank du M23 abandonné près de Goma lorsque les rebelles ont décidé de rendre les armes. REUTERS/Kenny Katombe
Des enfants congolais jouent sur un tank du M23 abandonné près de Goma lorsque les rebelles ont décidé de rendre les armes. REUTERS/Kenny Katombe

Un ancien membre de l'Alliance pour un Congo libre et souverain (APCLS) rempli un jerrican d’eau. Deux autres jouent aux dames. Des capsules de bouteilles servent de pions. Voilà deux semaines que les premiers combattants  sont arrivés a Bweramana, sur les bords du lac Kivu, dans l’espoir d’être intégrés à l’armée congolaise.


Le colonel Jean, 28 ans, membre de la milice FDIPC à Rutshuru, s’est rendu avec 127 hommes. «Nous ne savons pas le jour où nous serons intégrés, explique-t-il. Mais nous avons l'espoir que notre cher pays ne nous déçoive pas. Il doit toujours nous accueillir et nous intégrer.»


Ils sont un peu plus de 1000 à attendre. Une dizaine de groupes armés : Maï-Maï Nyatura, APCLS… Des milices d’auto-défense qui se sont pour la plupart battues ponctuellement contre le M23.


Inquiétude de la population


Des tentes faites de baches et des abris de branchages et de feuilles ont été installés à la hâte au milieu du village et sur deux collines. Officiellement, la sécurité est assurée par l’armée congolaise.


Mais les villageois s’inquiètent. «J'ai peur car il y a beaucoup de militaires ici, s'inquiète Espérance. Nous sommes coincés. Nous sommes très nombreux, concentrés dans un même endroit. Le peu de choses que nous avons dans nos champs, nos haricots, nos bananes, sont pris par ces gens.»
 

Ces vols de légumes, les ex-miliciens les nient. Tous confirment par contre ne manger qu’une seule fois par jour. Une ration insuffisante pour eux et leurs familles.
 

Selon l’ONU, aucun calendrier d’intégration n’a été soumis par Kinshasa. Un flou qui inquiète car si l’attente dure trop longtemps, elle pourrait devenir explosive…

Source : Rfi.fr
 


Dépêche

Mercredi 27 Novembre 2013 - 13:33



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter