RDC: il y a un an, la mort du chef Kamuina Nsapu au Kasaï

Un an après la mort du chef Kamuina Nsapu, des violences secouent toujours le Grand-Kasaï. Jean-Prince Mpandi s’était révolté contre l’autorité de l’Etat qui refusait de reconnaître son pouvoir coutumier. L'insurrection touche directement cinq provinces, un territoire grand comme la Norvège. Plus de 1 million 500 000 personnes sont déplacées, déjà 80 fosses communes ont été découvertes et moins de 400 casques bleus y sont déployés. Comment en est-on arrivé là ?



La mort de Kamuina Nsapu, il y a un an, était passé inaperçue. Le Kasaï était alors considéré comme un havre de paix. La Monusco avait quitté cet espace depuis deux ans déjà.
 
Rappelons que le sixième Kamuina Nsapu, qui demandait sa reconnaissance par l’Etat et accusait le régime de vouloir asservir le pouvoir coutumier, a été tué dans l’assaut de sa maison, il y a un an jour pour jour. Son corps disparait, mais son message se diffuse à travers les tshiota, devenus des centres d’enrôlement des nouveaux adeptes. Entre 40 et 60% sont des mineurs.
 
L'armée montrée du doigt
 
L’armée est déployée pour faire face à l’insurrection. Elle est accusée depuis par l’ONU d’un usage excessif de la force. Ce sont les Luluwa, l’ethnie auquel appartenait le chef Kamuina Nsapu qui se révoltent, attaquant tous les symboles de l’Etat.
 
Contamination, répression jusqu’à toucher cinq provinces... En un an, la crise s’est ancrée avec plus d’un million et demi de déplacés, 35000 réfugiés, des centaines d’écoles, de bâtiments publics, d’églises pillées ou brûlées, des dizaines de villages détruits. Et ces 80 fosses communes qui pourraient n’être qu’un début. Si la violence est sans doute moins généralisée, les crimes sont devenus plus sordides.

Rfi.fr

Samedi 12 Août 2017 - 10:22



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter