RDC: l'envoyé spécial américain veut une présidentielle en 2016

L’envoyé spécial des Etats-Unis pour la région des Grands Lacs, Russ Feingold, a conclu ce jeudi 5 juin sa visite de quatre jours à Kinshasa, en République démocratique du Congo. Il a rappelé les enjeux majeurs des prochains mois, à savoir le désarmement de la rébellion hutu rwandaise des FDLR et la tenue d’un scrutin présidentiel en 2016. De son côté, l’opposition exige un calendrier issu d’un consensus.



Russ Feingold a conditionné, ce jeudi à Kinshasa, l’aide financière des Etats-Unis pour organiser les élections en RDC à la tenue d’une présidentielle en 2016. AFP/Saul Loeb
Russ Feingold a conditionné, ce jeudi à Kinshasa, l’aide financière des Etats-Unis pour organiser les élections en RDC à la tenue d’une présidentielle en 2016. AFP/Saul Loeb

Russ Feingold a rappelé que le calendrier des élections tel qu’il a été publié pour le moment n’est pas satisfaisant, car il fait l’impasse sur les élections législatives et présidentielle. Ces élections, selon la Constitution, doivent pourtant se tenir en 2016. Or, pour la communauté internationale, c’est ce scrutin qui est le plus important. L’envoyé spécial des Etats-Unis a même conditionné l’aide financière américaine pour organiser ces élections à la tenue d’une présidentielle en 2016.

« Le calendrier partiel des élections qui a été publié par la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) inclut des élections locales très onéreuses, mais n’inclut pas les élections plus fondamentales que sont les présidentielles. Mon conseil est que ça devrait se passer dans l’autre sens », a déclaré Russ Feingold.

« Organiser en premier lieu des élections très coûteuses qui ne sont pas exigées par la Constitution, et dire ensuite qu’il n’y a pas assez de fonds pour organiser les élections qui, elles, sont exigées par la Constitution, ce n’est pas une approche très crédible », a-t-il poursuivi.

« Si la Ceni et le gouvernement s’engagent à tenir les élections dans le délai prévu par la Constitution, je suis sûr que les ressources combinées de la RDC et de la communauté internationale seront suffisantes pour organiser ces élections. Et vous savez que lorsque je suis venu avec mon secrétaire d’Etat, il y a un mois, il avait déjà annoncé que des fonds supplémentaires des Etats-Unis seraient débloqués pour les élections. Mais pour nous, pour pouvoir donner cet argent et aider la RDC, la condition est qu’un calendrier global soit rendu public et que la Constitution soit respectée », a encore ajouté Russ Feingold.

De leur côté, une grande partie de l’opposition et de la société civile ont réclamé, ce jeudi, un calendrier plus consensuel des scrutins prévus en RDC d’ici à la présidentielle. Ils désavouent, ce faisant, celui publié par la Ceni. Dans une déclaration, ils exigent « l’élaboration d’un calendrier électoral issu d’un consensus entre les forces politiques et sociales », ainsi que « le parachèvement du cycle électoral 2011-2016 par la tenue des élections provinciales après la présidentielle et les législatives » décriées de 2011.

Source : Rfi.fr



Vendredi 6 Juin 2014 - 03:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter