RDC: l'opposant Charles Mwando Nsimba a-t-il été interdit d'atterrir à Kalemie?

Le président de l'Unaf, également président du G7, Charles Mwando Nsimba, devait se rendre au chef-lieu de la province du Tanganyka pour une séance de travail avec les membres de son parti. Le vol commercial de la compagnie Fly Caa à bord duquel lui et sa délégation se trouvaient a été dérouté sur Bukavu.



Des complications à l'embarquement : les agents de l'ANR et de la DGM refusent que Charles Mwando Nsimba et ses six compagnons montent dans l'avion où attendent déjà 27 autres passagers. Des discussions, ponctuées de coups de téléphone. Enfin le député ainsi que sa délégation embarquent. L'appareil peut décoller.

Mais deux heures après, au moment d'amorcer les manœuvres d'atterrissage, le pilote informe les passagers que l'avion ne peut pas se poser à Kalemie, l'aéroport étant fermé pour cause des travaux, selon le message qui vient d'être transmis à l'équipage.

Le vol est alors dérouté sur Bukavu, dans le Sud-Kivu. Et c'est ici que Mwando Nsimba apprend que lui et ses accompagnateurs ne sont pas les bienvenus dans la province du Tanganyka où il a été élu député national.

Les responsables de Fly CAA tentent alors de négocier avec ces passagers encombrants pour qu'ils débarquent et se rendent à Goma prendre un autre vol à destination de Kinshasa. La proposition est rejetée. Mais un compromis est trouvé. L'avion redécolle en direction de Lubumbashi. Charles Mwando Nsimba et sa suite retournent au point de départ, avant que l'avion ne reparte vers Kalemie avec les autres passagers.

Indignation du G7

L'opposition accuse la majorité de ne pas vouloir la décrispation politique en posant des actes de cette nature, a affirmé l'opposant Pierre Lumbi, membre du G7, au cours d'une conférence de presse tenue dimanche à Kinshasa.

« On continue à museler les populations, on continue des arrestations arbitraires, on continue à positionner les forces de police à côté des sièges de partis politiques de l’opposition, on continue d’empêcher des Congolais de revenir chez eux avec des motifs montés de toute pièce. On persévère à vouloir violer la Constitution. Ces pratiques ne sont pas de nature à apporter la décrispation et l’apaisement que le G7 et que le Rassemblement appellent de tous leurs vœux comme préalables à tout dialogue sérieux. »

Des préalables que Pierre Lumbi a rappelé : « la libération de tous les prisonniers politiques et d’opinion, l’ouverture de médias proches de l’opposition, l’arrêt définitif des poursuites injustifiées contre notre candidat à la présidentielle Moïse Katumbi. Il faut que la majorité arrête avec cette politique de la terre brûlée, avec cette arrogance qui ne place pas le peuple congolais au centre de ses préoccupations. »

Le gouverneur du Tanganyka était injoignable malgré toutes les tentatives de RFI pour avoir sa version des faits. De son côté, le porte-parole du gouvernement a déclaré n'être pas au courant de l'incident.

Source: Rfi.fr



Lundi 12 Septembre 2016 - 07:07



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter