RDC: le M23 et les autorités se sont vus pour une réunion jugée constructive

Les autorités de République démocratique du Congo et les ex-rebelles du M23 se sont retrouvés à nouveau autour d'une même table à Kinshasa, vendredi 27 mai 2016. Après des mois d'impasse, de communiqués accusateurs, l'ONU se félicite de la reprise de la mise en œuvre des accords de Nairobi qui avaient officiellement mis fin à la guerre. La réunion a bien failli capoter. Venus de Kampala, les trois représentants du M23 ont réclamé la libération de trois de leurs camarades détenus dans la capitale de RDC, annoncés comme faisant partie de leur délégation.



Le Mouvement du 23-Mars a hésité à venir, puis à entrer dans la salle de réunion. A chaque étape, la facilitation a temporisé, insisté. En face, la partie gouvernementale n'a cessé de crier à la mauvaise foi, arguant que les rebelles n'avaient qu'à rester en Ouganda et qu'après tout, c'était elle qui avait gagné la guerre.
 
Mais à l'issue de la réunion : atmosphère plutôt détendue, petites plaisanteries, conférence de presse commune. François Mwamba, le coordonnateur du mécanisme congolais de suivi des déclarations de Nairobi, est satisfait de la rencontre :
 
« Nous ne sommes pas seuls dans ce processus. Il y a les garants, mais il y a l'autre partie. Pour la première fois, nos arguments ont pu être, devant témoins, devant des garants, présentés à l'autre partie, qui a développé ses propres arguments. C'est la volonté de tous, de faire en sorte que : un, tout le monde revienne au pays ; deux, nous puissions mettre fin à l'ensemble des engagements convenus à Nairobi. »
 
Le M23 n'avait cessé de dénoncer le non-respect des engagements de Nairobi et la mauvaise volonté du gouvernement. Désiré Rwigema est le chef de la délégation des ex-rebelles venue de Kampala : « Il y a un début à toute chose, dit-il. Aujourd'hui, c'est la relance du processus. On espère que ça va aller de l'avant et nous y croyons fermement. »
 
Finalement, pas d'annonce concrète, mais un changement de ton. Et la promesse de faire preuve de bonne volonté pour parvenir à un accord. Les deux parties ont promis de se mettre au travail dès ce samedi pour une réunion technique. L'an dernier, le groupe d'experts des Nations unies s'était inquiété de la disparition des camps de cantonnement en Ouganda et au Rwanda de centaines d'ex-rebelles du M23.



Source: Rfi.fr


Samedi 28 Mai 2016 - 10:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter