RDC: le mouvement M23 va-t-il se reconvertir en parti politique?

Les vieilles querelles au sein du M23 ressurgissent après l'annonce par Jean-Marie Runiga, son ancien président, de la transformation de l'ex-mouvement rebelle congolais en parti politique nommé Alliance pour le salut du peuple (ASP). Réfugié au Rwanda, Jean-Marie Runiga avait été déchu de son poste juste avant la défaite du M23, après des affrontements entre une faction de la rébellion qui lui était loyale et une autre aile désormais exilée en Ouganda et dirigée par l'actuel président du mouvement Bertrand Bisimwa. Ce dernier dément l’annonce de son prédécesseur alors qu'après des mois d'impasse, sa faction et les autorités congolaises se sont retrouvées le 27 mai à la même table pour tenter de mettre en œuvre les accords de Nairobi signés en décembre 2013 qui avaient officiellement mis fin à la guerre.



En novembre dernier, l'ancien président du mouvement du 23 mars (M23) Jean-Marie Runiga, réfugié au Rwanda, avait affirmé être prêt à participer au dialogue convoqué par le président congolais Joseph Kabila et souhaiter créer un parti politique, l'Alliance pour le salut du peuple (ASP). Mais en décembre, l'agrément du ministère de l'Intérieur lui avait était refusé. Cinq mois plus tard, le 30 mai, l'ASP est finalement enregistrée.
 
Toutefois dans l'arrêté ministériel, il n’est pas fait mention de Jean-Marie Runiga mais de trois autres cofondateurs, dont au moins un ancien membre du M23. Certains médias ont alors annoncé la transformation du mouvement rebelle en parti politique.
 
Discussions
 
Dans l’aile du mouvement réfugiée en Ouganda, on grince des dents alors que les discussions autour de l’application des déclarations de Nairobi entre le gouvernement congolais et cette faction viennent de reprendre.
 
Ce jeudi 2 juin le président de la mouvance Bertrand Bisimwa a publié un démenti. « C'est Bertrand Bisimwa qui est signataire des déclarations de Nairobi au titre du M23 », a de plus tranché François Mwamba, le coordinateur du mécanisme congolais de suivi des accords de Nairobi.
 
Reste à savoir si le ministère de l'Intérieur savait qui se cachait derrière l'ASP. En tout cas selon un communiqué publié en fin de semaine, Jean-Marie Runiga ferait bien partie de ses membres fondateurs.


Source: Rfi.fr


Lundi 6 Juin 2016 - 07:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter