RDC: les combats s'intensifient entre l'armée et les rebelles près de Goma

Dans l'est de la RDC, les combats se sont poursuivis toute la journée, lundi 15 juillet. Ils opposent depuis dimanche l'armée aux rebelles du M23 près de Mutaho, à une dizaine de kilomètres de la capitale du Nord-Kivu. Selon le porte-parole du gouvernement congolais, ils auraient fait 130 morts en 24 heures, dont 120 rebelles. Le M23, lui, refuse de communiquer un bilan et aucune source indépendante n'était en mesure de se prononcer lundi soir. Ces violences interviennent alors que le déploiement de la nouvelle brigade d'intervention de l'ONU vient tout juste de débuter. Cette brigade est chargée de lutter contre les groupes armés qui opèrent dans le Nord-Kivu.



Des soldats de l'armée congolaise, à bord de leur camion, se dirigent vers la ligne de front. Près de Goma, le 14 juillet 2013. REUTERS/Kenny Katombe
Des soldats de l'armée congolaise, à bord de leur camion, se dirigent vers la ligne de front. Près de Goma, le 14 juillet 2013. REUTERS/Kenny Katombe
près une nouvelle journée d'affrontements, le calme semblait revenu hier soir, lundi 15 juillet, sur les collines de Mutaho. Dans l'après-midi, les tirs d'artillerie résonnaient encore dans la partie nord de Goma située en contrebas, à une dizaine de kilomètres de la ligne de front. En centre-ville, la plupart des commerces et des banques sont restés fermés lundi. Les rebelles et le gouvernement s'accusent mutuellement d'être à l'origine des combats et d'avoir pris l'avantage sur leur adversaire. Mais selon plusieurs observateurs, les positions des uns et des autres ont peu évolué, malgré la violence des combats.
Quoi qu'il en soit, ces affrontements, les plus intenses depuis neuf mois, accroissent la pression qui pèse sur la nouvelle brigade d'intervention onusienne, en cours de déploiement. Elle dispose d'un mandat plus offensif que celui de la Monusco mais pour l'heure, et tant que la ville de Goma n'est pas directement touchée, pas question pour l'ONU d'intervenir militairement. « Nous appelons les deux parties au dialogue et souhaitons à tout prix éviter l'escalade », assure un représentant de la mission de l'ONU.
Le Rwanda accuse les FARDC et la Monusco
Et dans ce contexte, le Rwanda, qui est accusé par l'ONU de soutenir le M23, affirme que deux obus sont tombés au nord de la ville de Giseni. Kigali accuse les forces armées de la RDC et la Monusco d'avoir délibérément bombardé son territoire.
Une agression et « un acte de provocation délibéré ». C’est en ces termes très durs que le Rwanda, par la voix de son porte-parole militaire, Joseph Nzabamwita, a accusé hier l’armée de son voisin et la Mission des Nations unies en RDC (Monusco), d’avoir bombardé deux villages rwandais situés à quelque 10 kilomètres au nord de la ville de Giseni, jumelle de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu.
Selon le général rwandais, les deux obus auraient été tirés d’une zone contrôlée par les forces armées congolaises et la Monusco. Et selon lui, cet événement ne serait en aucun cas un accident, car aucun combat n’aurait été signalé à proximité de la zone d’origine des tirs. Aucun blessé n’est à déplorer, selon le militaire rwandais.
Dans un communiqué publié dans la foulée, ce dernier a également affirmé que des rebelles rwandais des FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda), considérés comme une menace par Kigali, étaient « intégrés » au sein d’unités de l’armée régulière congolaise combattant le M23.

Source : Rfi.fr

Dépéche

Mardi 16 Juillet 2013 - 12:02



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter