RDC: les hommages à l'oeuvre de Sœur Angélique se multiplient en Europe

Après le Vatican, où elle a rencontré le pape François, Sœur Angélique Namaika était ce vendredi 4 octobre à Paris où elle a été reçue par Yamina Benguigui, la ministre déléguée chargée de la Francophonie. Angélique Namaïka, c'est cette religieuse congolaise distinguée par le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), qui a reçu à Genève le prix Nansen, récompensant des services exceptionnels rendus aux réfugiés.



Soeur Angélique lors de la remise du prix Nansen, le 30 septembre 2013 à Genève. AFP PHOTO / UNHCR / MARK HENLEY
Soeur Angélique lors de la remise du prix Nansen, le 30 septembre 2013 à Genève. AFP PHOTO / UNHCR / MARK HENLEY

A Dungu, dans l'extrême nord-est de la RDC, Angélique Namaïka n'avait pas imaginé se retrouver un jour dans le bureau d'une ministre française. Vêtue à la congolaise, la religieuse se dit encore surprise de tous ces hommages pour le travail qu'elle mène avec son ONG.
 

Le Centre de réinsertion et d'appui au développement (CRAD) à Dungu vient en aide aux femmes victimes de l'Armée de résistance du seigneur, la LRA, qui a notamment sévi dans la région en 2009. « Ces femmes ont vécu des atrocités énormes, maltraitées par les rebelles, indique Soeur Angélique. Il y a d’autres femmes qui ont été enlevées à l’âge de 11 ans et sont devenues directement mères à cet âge. Ces pauvres filles qui doivent accoucher comme des bêtes, c’est inhumain. Alors moi j’ai dit non. Les femmes qui ont vécu avec la LRA dans la brousse, elles ont besoin vraiment d’une assistance pour pouvoir retrouver la vie. »
 

 → A (RE)LIRE : Sœur Angélique, lauréate du prix Nansen: «La femme a une grande importance dans la société»
 

Et, pour Soeur Angélique, redonner la vie à ces victimes, c'est leur apprendre à lire et écrire, les former à un métier, la couture, ou la boulangerie par exemple : « J’ai mis sur place les activités qui pouvaient les aider à attirer plus leur attention au lieu de toujours penser aux atrocités qu’elles ont vécues, pour ne pas demeurer dans le traumatisme perpétuel. Le métier en question les aide à devenir autonomes afin de pouvoir subvenir à leurs besoins au lieu de toujours tendre la main chaque jour. »
 

 → A (RE)LIRE : Soeur Angélique, femme exemplaire, militante dévouée et récompensée
 

Cent cinquante femmes et jeunes filles sont encore aujourd'hui formées par l'ONG de Soeur Angélique, qui compte bien leur faire profiter des 100 000 dollars de dotation du prix Nansen en poursuivant ses activités.

Source : Rfi.fr
 


Dépéche

Samedi 5 Octobre 2013 - 13:22



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter