RDC: les négociations de Kampala reprendront après le sommet de l'UA à Addis-Abeba

Le dialogue de Kampala est mis entre parenthèses le temps du sommet de l’Union africaine ce week-end à Addis-Abeba. Le facilitateur, le ministre ougandais de la Défense, et le ministre congolais des Affaires étrangères se rendent tous les deux au sommet. A leur retour, la négociation va reprendre. Elle a commencé depuis plus d’un mois. Ce jeudi 24 janvier, le M23 a été rassuré par le président Museveni. Le mouvement rebelle voulait être certain que l’on abordera tous les sujets, y compris la situation politique globale de la RDC.



Rebelles du M23 lors de leur retrait de Saké, à 42 Km de Goma (RDC), le 30 novembre 2012. REUTERS/James Akena
Rebelles du M23 lors de leur retrait de Saké, à 42 Km de Goma (RDC), le 30 novembre 2012. REUTERS/James Akena

« La seule chose qui nous importe, c’est la souffrance de la population de l’est du Congo », affirme Fred Opolot, porte-parole de la présidence ougandaise. L’Ouganda a été accusé de soutenir les rebelles, il y a eu aussi l’inverse, le facilitateur a été soupçonné de pencher pour Kinshasa. Rien de tout cela, dit le porte parole. « Le médiateur ne prend pas position, confirme-t-il. Son rôle est de ramener les deux parties à la raison ».

Faut-il parler de tout ? De toute la situation politique congolaise comme l’exige le M23 ? Ou bien se limiter aux questions militaires comme l’entend Kinshasa ? Pour les Ougandais, il faut faire ce qui a été prévu. « Au dernier sommet des chefs d’Etats de la Conférence des Grands Lacs, déclare Fred Opolot, il a été établi devant le président Kabila que les questions soulevées par le M23 doivent être écoutées ».

Le porte-parole ne peut pas se prononcer sur la forme que prendra cette écoute. Quant à la durée de tout cela, à l’entendre, il ne faut pas être pressé: « Je ne pense pas qu’il serait sage de fixer une date limite pour un dialogue comme celui là, je pense que ça ne serait vraiment pas raisonnable ».
Source; RFI

Dépêche

Vendredi 25 Janvier 2013 - 10:03



1.Posté par Ayobangira le 25/01/2013 18:58
Il revient à nos délégués de ne pas se faire piégés par ce mot "écouter". Considérer ce point comme divers.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter