RDC: malgré l'adoption de la loi électorale, la prudence reste de mise

Les réactions à l'adoption de la loi électorale amendée en RDC ont été nombreuses dans le monde. Les Etats-Unis, tout comme l’Union européenne ou encore la Belgique saluent cette adoption, mais en termes mesurés. Les ambassadeurs et diplomates présents à Kinshasa n’ont pas ménagé leurs efforts ces derniers jours pour permettre un retour au calme. Mais ils savent que le risque de glissement du calendrier électoral n’est toujours pas écarté.



Après une semaine de troubles et de violences, le calme semble être revenu en RDC après l'adoption de la loi électorale amendée par le Parlement (photo).
Après une semaine de troubles et de violences, le calme semble être revenu en RDC après l'adoption de la loi électorale amendée par le Parlement (photo).

C’est une bataille de gagnée. Mais dans les chancelleries, on le sait, il est trop tôt pour crier victoire. Dans un communiqué, le département d'Etat américain « félicite » « le Sénat et l’Assemblée nationale pour leurs efforts » qui ont permis d'aboutir à un consensus, mais « exhorte » aussitôt « le président Kabila (…) à réaffirmer que la première transition pacifique à la tête de l'Etat aura bien lieu à travers une présidentielle en 2016. »

Même prudence du côté de l’Union européenne pour qui, certes « la voie est désormais ouverte » afin que des élections se tiennent dans les délais prévus, mais qui promet de « poursuivre » un dialogue « approfondi » avec les autorités à ce sujet. Autrement dit, pas question de relâcher la pression. Car même si le recensement n’est plus un préalable à tenue de la présidentielle, de nombreuses incertitudes demeurent.

« Avec cette loi, confie un diplomate, personne ne perd la face, mais le problème reste entier ». Comment financer ces élections ? Comment organiser cinq scrutins en moins de deux années et donc respecter les délais ? L'UE comme Washington demandent à la Commission électorale de publier au plus vite un calendrier global assorti d’un budget. Une demande qui est loin d'être nouvelle. Et qui s'est jusqu'à présent heurtée à un silence assourdissant de la part de la Céni.

Le calme est revenu

Après une semaine de troubles et de violences, le calme semble être revenu en RDC. Au lendemain d’un vote de compromis au Parlement sur la loi électorale à l’origine de la crise, il n’y a pas eu de nouvelles manifestations lundi, mais l’internet mobile et les SMS sont encore coupés par les autorités congolaises. Les étudiants, à la pointe de la contestation la semaine dernière, reprennent doucement le chemin des cours. Sur le campus de Kinshasa, la vie reprend son cours.


Rfi.fr

Mardi 27 Janvier 2015 - 13:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter