RDC: manifestations anti-Monusco à Goma

La journée du vendredi 2 août a été tendue à Goma. Un convoi de la Mission des Nations unies a été visé par des jets de pierres et des petites manifestations ont éclaté dans la ville. Les manifestants protestaient contre la zone de sécurité mise en place, mardi 30 juillet, par la Monusco qui n’englobe pas les zones sous contrôle des rebelles du M23.



Un convoi de la Monusco a été la cible de jets de pierre dans les rues de Goma, ce vendredi 2 août. REUTERS/Thomas Mukoya
Un convoi de la Monusco a été la cible de jets de pierre dans les rues de Goma, ce vendredi 2 août. REUTERS/Thomas Mukoya

C’est dans le quartier de Birere, sur la route qui mène à l’aéroport, que la tension a été la plus palpable à Goma, ce vendredi. C’est à cet endroit que, tôt dans la matinée, des habitants en colère ont caillassé un convoi de la Monusco. Il faut « que la Monusco parte dans les plus brefs délais », tonne un chauffeur de moto taxi furieux, à l’un des carrefours du quartier. « Nous donnons à ces gens-là une semaine. En tout cas ils doivent partir », martèle-t-il.

Patrick, un commerçant, juge pour sa part qu’« à Goma, on n’a pas besoin de cette force ». « Nos jeunes frères, nos jeunes sœurs qui sont à Rutshuru, cela fait une année et demie qu’ils sont en train de souffrir », constate-t-il, amer. Le Rutshuru, hors périmètre de la zone de sécurité de la Monusco, est la zone dans laquelle le M23 compte le plus de troupes.

Efficace appel au calme du colonel Ndala

 

 

En fin de matinée, le colonel Mamadou Ndala, commandant des forces congolaises au front, est arrivé sous les acclamations dans une voiture aux vitres teintées et s’est adressé à la foule.

Dans un kiswhalili empreint d'un peu de français, le colonel, que la population considère comme l’artisan des récentes victoires de l’armée, a fait de la pédagogie. Il a expliqué que la Monusco procédait par étape  et qu’il fallait la laisser opérer. Il a également insisté sur le fait qu'il ne devait pas y avoir de tensions ethniques : une allusion à l'hostilité de certains habitants envers la communauté rwandophone, à laquelle appartiennent une grande partie des rebelles du M23. Après sa déclaration, la foule s’est dispersée et le calme est revenu à Goma.

Source : Rfi.fr


Dépéche

Samedi 3 Août 2013 - 11:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter