RDC: selon la Monusco, le M23 est «quasiment fini» militairement

Après Kibumba, Kiwanja et Rutshuru-centre, l'armée congolaise continue sa progression dans l'est de la République démocratique du Congo. Lundi 28 octobre, les FARDC appuyés par la force de l'ONU, la Monusco, ont repris le camp militaire de Rumangabo. Une situation qui a amené le chef de la Monusco, Martin Kobler, à déclarer en visioconférence depuis Goma et devant le conseil de sécurité de l'Onu réuni en urgence à New York, que la rébellion du M23 est «quasiment finie en tant que force militaire». Pour le diplomate, le M23 doit donc à présent désarmer et revenir à la table des négociations.



Les soldats congolais des FARDC fêtent leur victoire militaire à Rumangabo, au nord de Goma, sur les rebelles du M23, le 28 octobre 2013. REUTERS/Kenny Katombe
Les soldats congolais des FARDC fêtent leur victoire militaire à Rumangabo, au nord de Goma, sur les rebelles du M23, le 28 octobre 2013. REUTERS/Kenny Katombe
Le M23 est maintenant «quasiment militairement fini». C’est la conclusion du chef de la mission l’ONU en RDC. Martin Kobler affirme que presque toutes les positions du M23 ont été abandonnées et reprises par l’armée congolaise. Les forces de l’ONU -dit-il- ne sont intervenues que pour protéger la ville de Kiwanga. Le Conseil de sécurité a pris acte de ce développement qui marque peut-être un tournant dans la guerre des Kivus.

 
Les diplomates veulent maintenant pousser Kinshasa et les rebelles du M23 à retourner à Kampala pour négocier un accord. «Les gens veulent la paix, les gens veulent que la guerre finisse et c’est aussi maintenant je crois l’intérêt de tout le monde : communauté internationale et pays de la région, de mettre fin à ce groupe rebelle, a déclaré Martin Kobler au micro de RFI. C’est aussi notre tâche, notre mandat des Nations unies, de désarmer, d’aider, d’assister, de soutenir aussi le M23 s’il veut désarmer… de trouver avec eux une solution politique… Nous étions très préoccupés par la situation militaire : il faut rentrer à la table des négociations

 
→ à (re)lire : Russell Feingold: «Un effort militaire plus poussé en RDC risque de mettre en péril les pourparlers de Kampala»

 
L’ambassadeur rwandais de son côté ne partageait pas cet optimisme sur une reprise des négociations. Eugène-Richard Gasana a de nouveau protesté contre des tirs sur le territoire rwandais. Il dénonce également ce qu’il qualifie de «collusion» entre l’armée congolaise et le mouvement des FDLR. Le chef de la Monusco a répondu que les troupes de l’ONU sont déterminées à neutraliser tous les groupes armés, y compris les FDLR.

 
 
Contexte particulier pour le Sud-Africain Jacob Zuma en visite en RDC

 
C'est dans ce contexte que le président sud-africain Jacob Zuma arrive en République démocratique du Congo ce mardi pour une visite officielle de deux jours. Plus d’un millier de soldats sud-africains participent à la nouvelle brigade d’intervention de l’ONU déployée dans la zone des combats. Une visite pour renforcer les liens entre les deux pays.

 
L’Afrique du Sud joue depuis plus de dix ans un rôle considérable dans la consolidation de la paix dans l’est du Congo. C’est sous l’égide des Sud-Africains, qu’ont été signés les accords de Sun City en 2003, mettant fin à un conflit surnommé la Première guerre mondiale africaine. Depuis Pretoria, finance, aide, déploie des troupes.

 
Lors des élections de 2011, les troupes sud-africaines ont transporté plus de 1 800 tonnes de bulletin de vote. Aujourd’hui, Pretoria a près de 1 500 hommes au sein de la nouvelle brigade d’intervention rapide de l’ONU. Et elle a promis d’envoyer trois hélicoptères de combat pour soutenir cette brigade déployée à l’Est.

 
Cette visite d’Etat devrait donc servir a réaffirmer l’engagement de l’Afrique du Sud auprès du gouvernement Congolais. Mais également à consolider les liens économiques entre les deux pays. Pretoria s’est déjà engagé à acheter à la RDC plus de la moitié de la production d’électricité du futur barrage Inga III. Une fois achevé, Inga III devrait générer deux fois plus d’électricité que le barrage des Trois-Gorges en Chine.

 
Avec une inflation à 3%, un taux de croissance à plus de 8% et qui devrait atteindre 10% l’année prochaine, et un sous sol riche en minerais, la RDC est un partenaire économique idéal à condition de contenir l’instabilité dans l’Est.

 

Dépéche

Mardi 29 Octobre 2013 - 10:45



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter