REVUE DE PRESSE DU MARDI 26 JUILLET 2016 :



REVUE DE PRESSE DU MARDI 26 JUILLET 2016 :
« Le président de la République a nommé par décret n°2016-1004 du 25 juillet 2016, Madame Seynabou Ndiaye Diakhaté, en qualité de président de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac). Elle remplace, à ce poste, Madame Nafi Ngom Keïta dont le mandat est arrivé à terme ». Voilà les faits rendus publics par le service de communication du Palais et rapportés par l’OBS. Seulement, le journal va plus loin en soutenant que « l’ex présidente de l’Ofnac est emportée par une note des Renseignements généraux ». Selon le journal, les Rg ont rapporté au chef de l’Etat les complaintes de l’ex patronne de l’Ofnac qu’il tardait à recevoir en audience pour lui remettre son rapport pour un problème d’agenda alors qu’au même moment, le président recevait la présidente du Conseil économique, social et environnemental. Il est aussi reproché à la dame de se prendre pour le maître des poursuites, de faire beaucoup de tintamarre autour de la déclaration de patrimoine. Enfin sur sa gestion de l’Ofnac, « les recrutements et les grilles salariales inquiétaient au plus haut niveau ».
L’AS soutient ainsi que c’est un soulagement pour ceux-là qui avaient convaincu le chef de l’Etat qu’elle a dévoyé ses missions en opération de règlement de comptes. Pour WALFQUOTIDIEN, « Nafi Ngom Keïta paie pour son indépendance ».

Pour la nouvelle présidente, Seynabou Ndiaye Diakhaté, le TÉMOIN rappelle que c’est l’ancienne doyenne des juges qui avait inculpé l’ancien Pm Idrissa Seck dans l’affaire des chantiers de Thiès. Qui est revenu au-devant de l’actualité ces dernières semaines. Comme par hasard, rapporte le journal, celle qui l’avait inculpé revient aux affaires au moment où les attaques du président du Rewmi contre le pouvoir en place se multiplient.

Sur la suite à donner au rapport de l’Ofnac, SUDQUOTIDIEN informe que « la société civile reste sceptique ». Dans les colonnes du journal, la Raddho et le Forum du justiciable avancent leur inquiétude quant à la volonté manifeste du président d’utiliser l’Ofnac contre les mauvais gestionnaires et de permettre à l’Institution de poursuivre les personnes du régime actuel.

En politique, l’opposition répond au chef de l’Etat. Selon le journal ENQUÊTE qui a contacté la plupart des partis de l’opposition, « c’est la réponse du berger à la bergère ». Pour répondre à Macky Sall qui demandait à ses adversaires politiques de ne pas réveiller « un lion qui dort », l’opposition réplique « le pays n’a pas besoin d’un lion dormeur ». Dans un commentaire, le journal la TRIBUNE attire l’attention du chef de l’Etat sur la situation actuelle du pays qui n’est pas sans rappeler celle de Wade, que le Parti de la Demande Sociale qui s’est réveillé brusquement a fait chuter lourdement. Titre du commentaire, « Macky sur les traces de Wade : Attention, au peuple qui dort ».

Mamadou Lamine Keïta, du mouvement « Tekki », député à l’Assemblée nationale, remet sur la table le rôle du Qatar dans la libération de Karim Wade. Le QUOTIDIEN informe qu’il a décidé d’envoyer une question écrite au gouvernement afin d’obtenir des réponses sur les conditions de libération de Karim Wade, notamment l’implication du Qatar dans ce dossier.

DIRECT INFO propose un dossier sur la démocratie sénégalaise qu’elle trouve « entachée de 1960 à 2016 ». Selon le journal, les interdictions de meetings et de marches qui devaient faire l’exception commencent à devenir la règle sous le magistère du président Macky Sall. Le journal donne comme illustration l’interdiction ce week end de la manifestion de Bamba Fall. Si le journal ajoute sur cela « les multiples emprisonnements et les brimades des récalcitrants », il se demande ensuite si on n’est pas en train de vivre une démocratie menacée.

L’OBS parle ce matin aussi des dégâts collatéraux liés à l’hivernage. Selon le journal, « quelques gouttes de pluies et le Sénégal patauge ! ». L’OBS donne les exemples de Mbour, Kaolack et Kaffrine. A Dakar, les populations vivent dans la psychose, à juste titre, car dans les colonnes du journal, l’ingénieur agro météo, Diabel Ndiaye annonce des pluies conséquentes à partir de la fin du mois de juillet.

Pluies ne riment pas souvent avec ordures dans nos cités. Le TÉMOIN parle dans un dossier de ces camions-bennes qui reviennent de la décharge de Mbeubeuss avec une partie des ordures qu’ils sont censés déverser sur place. Ces camions sont appelés « Mbalit-Dem-Dikk ».

Retenez avec ENQUÊTE que la société Senhuile est épinglée pour fraude douanière. Elle a décidé de transiger pour 1,1 milliard de Fcfa après l’audition de son directeur général.

Le SOLEIL annonce à sa UNE, le projet d’installation d’une raffinerie d’or à Dakar. Une initiative d’hommes d’affaires polonais en visite au Sénégal.

Terminons avec LIBÉRATION qui informe à sa UNE, le décret pris par le président de la République créant le Cadre d’intervention et de Coordination interministériel des opérations de lutte anti-terroriste (Cico). Il est placé sous l’autorité directe du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique. Selon le journal, « Cico c’est l’arme fatale de Macky Sall dans la lutte contre le terrorisme ».


Mardi 26 Juillet 2016 - 16:42



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter