Radicalisme religieux en Afrique de l’Ouest : les experts cherchent solution à Dakar

Plus d’une décennie après les évènements tragiques du 11 septembre aux Etats-Unis, la réalité terroriste s’est immiscée dans la région Ouest-africaine avec une expansion fulgurante illustrée par de multiples attaques terroristes dans diverses zones de la sous-région. Pire, les stratégies publiques déployées jusqu’ici peinent à venir à bout des capacités opérationnelles et stratégiques des mouvements dits « terroristes ». Face à ce mal rampant, le Gorée Institute réagit en organisant un atelier de réflexion sur le thème : « Le radicalisme religieux et les menaces sécuritaires en Afrique de l’Ouest : perspectives nationales et régionales ». Ainsi, pour une meilleure compréhension du phénomène afin de trouver des solutions nationales et régionales, une trentaine d’experts en provenance de divers pays de la sous-région se concertent à Gorée, les 4 et 5 février 2016.



Radicalisme religieux en Afrique de l’Ouest : les experts cherchent solution à Dakar
Institut panafricain qui œuvre pour la consolidation de la paix et de la sécurité en Afrique, le Gorée Institute étale son inquiétude face à la montée en flèche du radicalisme religieux et des menaces sécuritaires qui exposent le continent. Afin de fournir une meilleure compréhension du phénomène, l’institut réunit pendant deux jours une trentaine d’experts en provenance du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Mali, du Niger et du Sénégal. Des participants engagés dans des actions de recherche en matière de sécurité dans la sous-région et qui sont pour l’essentiel des universitaires et des acteurs non-étatiques (OSC, ONG, Think Thanks, Chefs religieux, etc.) L’intérêt de la tenue d’un tel atelier sous-régional est, selon le Directeur de l’Institut Doudou Dia, de trouver réponse à la question de savoir quels sont les facteurs expliquant le radicalisme religieux dans la sous région. Autrement dit, « comment le débat pourrait aider à éradiquer la tension liée au radicalisme religieux dans l’espace ouest africain ».

En réalité, renseigne Dr. Bakary Sambe, « ce que notre sous-région est en train de vivre a commencé lorsque nos états étaient frappés par la sécheresse. Cela s’est accentué lors des politiques d’ajustement structurel, lorsque nos Etats ont pu abandonner des pans entiers de leurs prérogatives en termes d’éducation et de travail social, et que des mouvements sont revenus avec une idéologie pour recruter et influencer notre jeunesse ». Néanmoins, l’enseignant-chercheur rappelle qu’auparavant, « on avait un Islam paisible, de paix et de concorde et de cohésion sociale, mais maintenant la région ouest africaine est contaminée par ce salafisme qui a inspiré la destruction des mausolées de Tombouctou, qui a inspiré tous les actes de violence qu’on voit aujourd’hui ». Et le Mali, le Burkina Faso et le Nord du Nigéria sont pour l’islamologue des exemples patents de cette ascension du radicalisme religieux.

Pour cette première journée de l’atelier, les différents intervenants ont souligné le degré de radicalisme dans leurs pays respectifs, notamment celui des jeunes. Ils ont surtout fait part des causes, des manifestations, des conséquences, mais aussi des recommandations pour endiguer le fléau.

 

Matar SENE

Jeudi 4 Février 2016 - 14:43



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter