Rapport CNRI : Abdoulaye Baldé et Pape Diop tirent sur Macky

Le Président de l’Union des Centriste du Sénégal (UCS), Abdoulaye Baldé et le leader de Bokk Guis Guis, Pape Diop volent au secours d'Amadou Makhtar Mbow et Cie de la Commission Nationale de Réformes des Institutions (CNRI). Les anciens libéraux s'insurgent sur la manière dont les responsables de l'Alliance Pour la République (APR) ont accueilli lesdites propositions. Ils conseillent à Macky Sall de prendre son temps avant de réagir.



 « Il y a eu beaucoup de supputations sur les travaux de la commission. En tant que juriste, j’ai parcouru l’ensemble des dispositions. Il ya du bon et du moins bon. Tout le monde doit prendre de la hauteur et doit dire ce n’est pas la bible. J’ai vu dans ce document des dispositions pertinentes qui limitent l’âge pour être Président à 70 ans, mais aussi le nombre de mandats des parlementaires à trois. Il y’a beaucoup d’autres dispositions plus importantes telles que celle relative au cumul de fonction de président de la République avec chef de parti… », Précise le leader de l’UCS. Déplorant la réaction du chef de l’Etat, Baldé se dit surpris de la réaction du Président de la République, « on n’attendait pas ça de lui. Je pense qu’il n’a pas pris le temps d’examiner en profondeur les propositions qui lui ont été faites. Il y a de très bonnes propositions dans le document de Monsieur Mbow, mais aussi d’autres qui ne peuvent pas prospérer pour notre pays ».

Le Président de Bok Gis Gis, Pape Diop pour sa part, a déploré les attaques de certains responsables du pouvoir contre les membres de la CNRI. « La manière dont on a traité Amadou Makhtar Mbow est inélégante. Et surtout de la part du parti au pouvoir. Des gens sont sortis pour traiter de n’importe quoi ce grand fils du Sénégal », s’est désolé l'ancien président du Sénat qui enchaînant à propos des financements que le Sénégal a récemment obtenus de la Chine, ne manque pas dans les colonnes du journal "l'as", d'inviter Macky Sall et son régime à ne pas trop crier victoire. "Il faut dire la vérité au peuple sénégalais dans la mesure où les 2000 milliards complètent tous les projets qui avaient été retenus par la Chine au moment où le président Wade était encore au pouvoir", dénonce l'ancien responsable du Part Démocratique Sénégalais (PDS) 


Lundi 24 Février 2014 - 12:15



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter