Rapport CNRI : Thierno Alassane Sall rame à contre courant de Moustapha Cissé LO



Rapport CNRI : Thierno Alassane Sall rame à contre courant de  Moustapha Cissé LO

Le fameux rapport de la Commission Nationale de Réformes des Institutions (CNRI) loin de laisser indifférent. Après Moustapha Cissé LO en rage contre Amadou Mokhtar Mbow et Cie, Thierno Alassane Sall rue dans les brancards. Moins catégorique que son camarade de parti au niveau de l’Alliance Pour la République (APR), Moustapha Cissé LO, le ministre des Infrastructures routières et des Transports demeure convaincu qu’ « on ne peut pas être chef de parti et président de la République ». Thierno Alassane Sall qui évoque des raisons de leadership et de stabilité politique est d’avis que le Sénégal n’est pas encore prêt à adopter ces changements.


 « Très honnêtement et objectivement, j’ai la conviction qu’on ne peut pas être chef de parti et président de la République…pour avoir vu tous les avantages et les travers que cela peut occasionner lorsque nous étions dans l’opposition. Mais, en observant aujourd’hui le parti politique au pouvoir qui est un parti central dans la vie politique nationale et dont les soubresauts ou l’absence de direction claire ou les rivalités internes peuvent impacter la stabilité du gouvernement et celle par conséquent des institutions, je m’interroge. Nous sommes dans un pays où on met en cause celui qui est devant. Et si celui qui est dirigeant du parti au pouvoir n’a pas toute l’autorité requise sur son parti et rarement c’est le cas s’il n’est pas en même temps le chef de l’Etat. Alors, la stabilité du pouvoir peut en être affecté ». 


Le ministre qui dit comprendre ceux qui ont des opinions contraires, ne manque pas de préciser que ces changements d’opéreront « quand nos institutions seront plus mûres » et « une évolution politique plus importante ». Pour lui, « beaucoup de pouvoir ne doit pas être concentré entre les mains d’une seule personne ». 


Samedi 15 Février 2014 - 13:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter