Rapprochements Wade-Macky : APR et PDS posent leurs conditions



Le Directeur des structures de l’Alliance Pour la République (APR) ouvre le débat. Ce, pour souligner que le président Sall n’a aucun problème avec son prédécesseur. « Le président Macky Sall n’a jamais cessé de lancer un appel à tous les Sénégalais en particulier à Me Wade », soutient Mbaye Ndiaye qui indique par ailleurs que cela reste du devoir de compagnonnage historique à travers lequel,  Macky Sall a été formé à bonne école. ». Mais il n’en demeure pas moins que l’«on ne doit pas évoquer les dossiers judiciaires». Car tance Mbaye Ndiaye : «il y a des gens qui attisent le feu pour créer des situations en essayant d’impliquer le Président Sall dans un processus qui intéresse une Institution de la République c’est-à-dire la Justice».

 
« Les problèmes qui existent aujourd’hui et qui sont à la base du malentendu que l’ancien président Wade a, à l’endroit de Macky mais ces problèmes-là sont des problèmes de la justice », assène par ailleurs le responsable du parti présidentiel.  Le Porte-parole du Comité Directeur (CD) du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) prend le relai pour dire que «le président Sall n’a pas besoin d’intermédiaire pour parler avec son prédécesseur. Comme du reste Me Wade n’en a pas aussi besoin pour discuter valablement et conseiller le cas échéant celui qu’il a toujours considéré comme un fils qui appartient à sa progéniture politique». «L’un dans l’autre que j’estime que Mahammed Dionne a la légitimité et toute la légalité pour parler au Président Wade au nom du président Macky Sall. Et que Mahmout Saleh rencontre le chef de l’opposition, je trouve que c’est tout à fait normal ».

 
Ainsi pour Babacar Gaye sur les ondes de la Rfm: « Si cela doit déboucher sur une décrispation tant mieux pour le Sénégal parce que nous n’avons pas besoin d’une démocratie déchiquetée, une crise de la gouvernance politique. Le Sénégal gagnerait à se retrouver autour de l’essentiel si c’est le cas et qu’un consensus large se dégage, le gouvernement gouverne librement et que l’opposition fasse son travail, en tenant compte des lois le règlement du pays, il peut arriver que le niveau de concordance soit tellement élevé que les gens se retrouvent autour d’un même creuset pour gouverner ensemble… ». La question étant que deviendra dès lors la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY) en cas de retrouvailles des frères libéraux ?


Mardi 7 Octobre 2014 - 14:58



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter