Razzia d'emprunts obligataires du président Sall: Pape Diop inquiet, avertit

Alors qu’ « un emprunt obligataire ne doit être qu’un recours exceptionnel », le « président Sall qui est obligé de recourir régulièrement à ce mécanisme. Et ce, « pour payer les salaires et régler certaines urgences », « a battu tous les records », avec au total pas moins de « six (6) emprunts en 18 mois" autrement dit deux (2) en 2 mois», là où le président sortant, Abdoulaye Wade n’en totalise que quatre (4) en douze (12) ans", constate Pape Diop qui dit craindre le pire.



Razzia d'emprunts obligataires du président Sall: Pape Diop inquiet, avertit
Le leader de la Convergence démocratique de Bokk Gis Gis et non moins ancien maire de Dakar sous les couleurs du Parti Démocratique Sénégalais (PDS), Pape Diop ne rate plus aucune occasion d'en balancer des vertes et pas du tout mûres dans le jardin de son ancien camarade de parti devenu président de la République, Macky Sall qui selon lui, "a battu tous les records d'emprunts obligataires.

"Il en est à six (6) en 18 mois", ce qui veut dire qu'"il y a un emprunt obligataire tous les deux (2) moi" contre "quatre (4) pour Me Wade.

Et ce, en douze ans d'exercice au pouvoir", lâche Pape Diop qui tout en dressant  "un tableau plus que sombre de la situation économique nationale sous le magistère du nouveau régime en place qui "montre ses limites", ne manque pas de prédire "des lendemains incertains aux victimes des inondations.

"Elles sont encore loin de voir le bout du tunnel car une solution durable n'est envisagée", dit-il sur les colonnes du journal "L'As" où il enfonce le clou avec l'incapacité du gouvernement à résoudre le problème du monde rural.

"Le gouvernement est en train de reconduire les mêmes pratiques qui ont cours depuis des temps immémoriaux et qui n'ont rien apporté au monde rural. Si le pouvoir avait de la vision, il prendrait depuis longtemps des initiatives permettant aux paysans de travailler 12 mois sur 12. Pour ce faire, il faut seulement mettre à leur disposition l'eau pour la culture de contre-saison", préconise Pape Diop qui décline "l'objectif d'ici 2017 de vendre un million de cartes, ce qui équivaudrait à un million d'électeurs dans la perspective de la présidentielle", annonce par ailleurs, la "vente" de pas moins de "350.000 cartes de Bokk Gis Gis". Et ce, en huit mois au Sénégal.




Lundi 8 Juillet 2013 - 17:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter