Réaction de Hippolyte Seck: "Attention, cet homme est un mystificateur dangereux"

Face à la presse, le mardi 29 juillet 2014, Monsieur Idrissa Seck a tenu les propos suivants: « J’avais dit à Karim Wade : ‘De Adama à Muhammad, le seul prophète crucifié, c’est Jésus, celui dont on a dit que c’est le Fils de Dieu. Si tu joues avec les outils de ton père, tu seras crucifié. Je lui avais dit ça’ ». Hippolyte Seck réagit.



La première fois que vous êtes apparu à la chaine de télévision nationale, juste après l’une de vos nominations, aux premières années de la fameuse «alternance», vous  sembliez rassurant, avec des qualités de rassembleur.
 
Lors de cette toute première interview faite chez vous dans votre salon,  vous aviez même sorti une Bible, que vous brandissiez fièrement en disant que chaque matin vous lisiez les Psaumes de David et que vous aviez fait votre cursus scolaire au Collège Saint Gabriel de Thiès, où chaque matin avant le début des cours tout le monde, vous inclus bien sûr, récite le « Notre Père » et le «Je Vous Salut Marie». Vous aviez même servi une illustration lors de cette même interview pour étayer vos propos. Etait-ce de la comédie ou de la fanfaronnade? J’aurai vraiment aimé que vous puissiez répondre à cette question. 
 
C’est vous, la même personne aujourd’hui, qui revenez prononcer ce discours blessant et qui offense notre sensibilité religieuse. Je vous admirais et me disais que vous aviez l’étoffe d’un dirigeant, car l’un des critères les plus remarquables et les plus symboliques, je dirai même le plus important chez un dirigeant, c’est sa capacité à pouvoir rassembler son peuple, quelle que soit l’appartenance ethnique ou religieuse de ses concitoyen. Il doit être en mesure de pouvoir les rassembler autour d’un même idéal.
 
 Mais aujourd’hui je me sens blessé, indigné, j’ai le cœur meurtri par les propos que vous avez tenus, le 29 juillet 2014 à Thiès. Vous n’aviez pas besoin d’insulter la foi des autres ni de faire des comparaisons inexistantes, inappropriées et hasardeuses. 
 
Un leader, un dirigeant doit prôner la paix, respecter les autres dans leur croyance, véhiculer un discours unificateur. Trop c’est trop ! Jusqu’à quand allez-vous continuer à insulter, minimiser notre religion ? Comment osez-vous comparer Karim Wade à Jésus Christ ? N’avez-vous pas eu un temps de réflexion ? Votre intelligence ne devrait-elle pas vous pousser à faire une analyse beaucoup plus profonde? 
 
« J’avais dit à Karim Wade : ‘De Adama à Muhammad, le seul prophète crucifié, c’est Jésus”, avez-vous déclaré. En plus, vous ajoutez : «Celui dont on a dit que c’est le Fils de Dieu ». A vous entendre, vous insinuez que Jésus se faisait passer pour Dieu en jouant avec les outils de Dieu (son Père) et que donc il a été crucifié à raison. C’est vraiment scandaleux et irritant. Seul un mystificateur est capable de se livrer à une telle gymnastique…
 
Vous pouvez ne pas croire en Jésus Christ ou en notre religion, ce n’est pas grave, c’est votre libre choix et vous en avez le droit, mais ne vous octroyez pas le luxe ou l’outrecuidance d’insulter gratuitement, sans gêne et sans scrupule la foi et la religion d’autrui.
 
Je suis désolé mais un ancien élève du Collège Saint Gabriel ne devrait pas tenir de tels propos et faire ce genre de comparaison. Mes amis, je dirai même mes frères musulmans que je connais bien et avec lesquels j’ai fréquenté les mêmes établissements privées catholiques, connus pour le culte du savoir,  ne prononceront jamais de tels propos. Ils ont reçu dans ces prestigieux établissements, une formation remarquable pour être des acteurs du développement. On leur a inculqué des valeurs intrinsèques comme le respect d’autrui, l’amour du prochain, l’humilité, etc. J’avais de l’estime pour vous, je voyais en vous  un rassembleur, il n’en est rien de tout cela. Revoyez votre  copie car cette posture et cette attitude vous éloigneront toujours du chemin qui mène vers le palais présidentiel…
 
Notre cher pays le Sénégal est un pays où règnent la paix et la cohésion sociale, c’est une richesse que nous devons maintenir et préserver. De grâce respectons les croyances et les religions des autres, sans heurter leur foi et leur sensibilité.
 
Hippolyte Seck


Vendredi 1 Août 2014 - 11:09



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter