Réaction sur le rapport de la CNRI: Macky Sall veut-il réellement d'une d’une nouvelle Constitution ?



Réaction sur le rapport de la CNRI: Macky Sall veut-il réellement d'une d’une nouvelle Constitution ?
 
      Le Président de la République du Sénégal a déclaré ce mercredi à Pekin, en Chine où il effectue une vision officielle qu’il ne va prendre ce qu’il juge bon sur les propositions de réformes institutionnelles formulées par la commission nationale qu’il avait mise en place. Du coup il semble taire les supputations sur l’idée d’une nouvelle Constitution. « Cette commission c’est moi-même qui l’ai initiée, mais je prendrai dans son contenu ce que je jugerai bon. Dans tous les pays, c’est de cette façon que les choses marchent. Il n’y a donc pas lieu de polémiquer et je demande à ceux qui sont avec moi, mes proches, de ne pas se lancer dans une vaine polémique », a déclaré le président Sall qui rencontrait la communauté sénégalaise résidant en Chine.

          Le président Sall a reçu le 13 février 2014 le rapport de la Commission nationale de réforme des institutions. Ce rapport a formulé un certain nombre de réforme institutionnelle portant notamment sur la suppression des cumuls de fonction de président de la République avec celle de chef de parti politique. Cette proposition a suscité une vive réaction des proches du président du Sénégal qui est même temps leader d’un parti politique.  Les partisans du chef de l’Etat du Sénégal ont accusé la commission d’avoir outrepassé ses prérogatives.   

       Le chef de l’Etat a estimé que ce dossier ne nécessite des polémiques au sein de la classe politique. « « La question de l’élection du Président de la République, de sa légitimité, ne se pose pas. Or, c’est le Président de la République qui a l’initiative des politiques mises en œuvre. Notre Constitution est très claire. C’est le président de la République qui définit la politique de la nation. Ce n’est pas la commission ni personne d’autre », a-t-il lancé. Macky Sall a ajouté : « une fois les élections locales terminées, je vais l’étudier en fonction de mes convictions et de ma vision pour consolider la démocratie sénégalaise. Il n’y a aucune contrainte, aucun délai, je prendrai le temps nécessaire. Mais ce que je peux assurer, c’est que jamais, je ne remettrai en cause la stabilité de nos institutions. Elles marchent bien, et c’est pourquoi nous sommes cités dans le monde entier  », a souligné le président Sall.

Réagissant aux réactions des partis politiques, le Porte-parole de la commission a confié à nos confrères du soleil le travail qui a été fait appartient au chef de l’Etat qui l’avait commandité. Mamadou Lamine Loum avait ajouté que ses collègues ne vont pas polémiquer sur les réformes qu’ils ont proposées. Il avait précisé que la commission n’avait pas donné un catalogue au chef de l’Etat.


Jeudi 20 Février 2014 - 10:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter