Real Madrid : Casillas à nouveau en plein cauchemar

Sifflé par tout le Santiago Bernabeu lors du derby perdu contre l'Atlético Madrid (1-2), Iker Casillas vit à nouveau des heures difficiles.



Sale temps pour Casillas
Sale temps pour Casillas

Ce matin, la presse madrilène n’a d’yeux que pour eux. Vainqueurs du Real Madrid sur la pelouse du Santiago Bernabeu, les Rojiblancos de l’Atlético Madrid confirment que leur statut de champion d’Espagne n’est pas usurpé. « Ici, celui qui commande c’est Simeone », titre As pour illustrer ces propos. Davantage merengue, Marca insiste pour sa part sur le succès colchonero en terres blanches, là « Où ça fait le plus mal ».

Douzième de Liga et déjà relégué à six points du FC Barcelone, le Real Madrid n’a jamais pu remporter le titre de champion en ayant perdu deux de ses trois premiers matches de championnat relève Marca. Une statistique peu flatteuse qui a de quoi donner de sacrés maux de tête à Carlo Ancelotti. Mais ce dimanche, s’il y a bien un Merengue qui n’a pas dû bien dormir de la nuit, c’est Iker Casillas. A 33 ans, l’emblématique portier de la Casa Blanca a enfin retrouvé ses galons de titulaire en Liga après que Diego Lopez ait été gentiment poussé vers la sortie.

Plus que jamais sous la menace de Navas

Chahuté depuis deux saisons, San Iker n’a pas retrouvé la confiance. Loin de là. Le capitaine madrilène affiche d’ailleurs une terrible statistique. Sur les sept derniers tirs auxquels il a dû faire face, Casillas a encaissé... six buts ! Ce matin, son équipe affiche même la pire défense de Liga ! Incroyable, surtout pour un club dirigé par un certain Carlo Ancelotti. Et toute légende qu’il est, Casillas découvre que le football est un milieu qui ne pardonne rien, pas même à ses stars. Sifflé par tout le public du Bernabeu hier soir, le gardien madrilène semble reparti pour une saison galère.

Face aux médias, ce dernier n’a pourtant pas cherché d’excuse. « Le public est roi. Il faut respecter les gens. S’ils me sifflent, il faut savoir l’encaisser, y faire face et continuer à travailler. Les gens ont le droit de siffler s’ils considèrent que mon niveau n’est pas bon. Je dois continuer à m’entraîner pour les faire changer d’avis. » Depuis Milan, Diego Lopez doit peut-être sourire en voyant son ancien concurrent faire pâle figure. D’autant que Casillas sait qu’un certain Keylor Navas arrivé cet été attend patiemment qu’Ancelotti lui donne sa chance.


www.footmercato.net

Dimanche 14 Septembre 2014 - 11:09



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter