Real Madrid : les premières critiques s’abattent sur Zidane

"L'effet Zidane s'éteint", juge aujourd'hui Marca, très déçu de la prestation madrilène à Malaga. L'entraîneur français subit une première vague de critiques depuis sa nomination.



Real Madrid : les premières critiques s’abattent sur Zidane
« Nous n’avons absolument pas dit au revoir à la Liga, même si ça sera plus difficile. On ne va jamais baisser les bras parce qu’il reste beaucoup de points ». Après le nul concédé sur la pelouse de Malaga, Zinedine Zidane refusait de dire adieu au titre de champion, alors que l’écart avec le leader barcelonais a atteint 9 points. Pourtant, c’est bien l’axe choisi ce matin par toute la presse espagnole, qu’elle soit pro-Madrid ou pro-Barça. Et c’est peut-être là le premier échec de Zizou, qui a déjà perdu un peu de son impact positif auprès des médias.

Marca note ainsi qu’avant la prise de fonction de ZZ, le Real concédait seulement 5 points de retard sur le Barça, contre 9 désormais. Le jugement est sévère alors que la Casa Blanca a gagné 6 des 8 matches disputés avec le Français sur le banc de touche. Mais les deux nuls à l’extérieur ont eu leur effet sur le classement de la Liga, et les difficultés rencontrées par les Merengues hors de leurs bases sont pointées du doigt. Marca compare même les 8 premiers matches de l’ère Benitez avec ceux de Zidane. Le bilan est le même (6 victoires, 2 nuls). Le Real de Benitez marquait moins (20 buts contre 26 sur les 8 premiers matches des deux entraîneurs) mais encaissait aussi moins de buts (1 contre 6 avec Zidane).

Alors que l’ancien numéro 5 de la Casa Blanca refusa de baisser les bras, la presse madrilène semble avoir abandonné tout espoir d’accrocher le titre, malgré un week-end prochain très important (le Real Madrid reçoit l’Atlético Madrid, le Barça accueille le FC Séville). L’effet Zidane se dissipe donc peu à peu auprès de la presse espagnole, déçue des prestations madrilènes à l’extérieur. Pour autant, le discours des joueurs est bien différent et les méthodes du Français plaisent toujours au vestiaire. Un sursaut d’orgueil en Liga et pourquoi pas une victoire au Camp Nou le 3 avril prochain ne seraient pas de trop pour redonner un peu de clinquant au bilan de Zidane.

Ousmane Demba Kane

Lundi 22 Février 2016 - 11:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter