Real Madrid : quand la renaissance de Bale ne ravit pas CR7

But ou pas but ? Telle était la question dimanche soir au terme du match opposant les deux Olympiques. Si l'arbitre a décrété qu'il n'y avait pas but de Lucas Ocampos, les avis divergent côté phocéen...



« Cela fait 15 ans que je joue au foot, je n’ai jamais vu un tel arbitre… Dans ce pays de merde ! Ce pays ne mérite pas le PSG ». Une déclaration coup de poing signée Zlatan Ibrahimovic suite à la défaite 3 à 2 du Paris Saint-Germain à Bordeaux. Les arbitres en ont pris décidément pour leur grade lors de cette 29ème journée de Ligue 1.



Ce fut le cas du côté de Marseille où l’OM a dominé le leader lyonnais sans réussir à le battre (0-0). Une domination qui aurait put être récompensée par un but de Lucas Ocampos à la 83e minute. Mais Monsieur Benoît Bastien a estimé injustement que le ballon n’avait pas franchi la ligne.


  Une décision qui n’a pas manqué de faire réagir les Olympiens, à l’image du président Labrune tout d’abord, tout comme les joueurs, Benjamin Mendy en tête : « J’ai énormément de déception. Dans le football, c’est triste de voir des choses comme ça surtout quand le championnat est serré. Ce sont des points qui peuvent coûter très cher.



C’est inacceptable de voir des choses pareilles. (...) Frustration, colère, il y a tout. On a tout fait pour remporter cette victoire devant un public magnifique. (...) D’avoir fait des efforts comme ça et au final marquer un but valable que l’arbitre n’accepte pas... Il n’y a que du dégoût »
. Un sentiment que partagent André-Pierre Gignac, qui a parlé "d’arnaque" sans s’arrêter en zone mixte, ou encore Dimitri Payet. « On se fait arnaquer. Il n’y a pas d’autres mots. On perd deux points à cause d’une décision arbitrale assez illogique. On est complétement dégoûté parce qu’on avait fait ce qu’il faut pour gagner ce match ».


 
Si les joueurs ont clairement accusé le corps arbitral, Marcelo Bielsa lui s’est montré un peu plus mesuré. « Je crois que les arbitres et leurs assistants peuvent être dans le vrai ou se tromper. Ce sont des instruments pour que le championnat puisse se dérouler. Nous qui participons, devons accepter les possibles erreurs de ceux qui administrent les règles du jeu. Ce n’est pas important si le but était valable ou pas.


L’arbitre a compris qu’il ne devait pas valider le but. À partir de là, ou il accepte ou il s’est trompé. On sait qu’il est impartial. On accepte qu’il se trompe contre nous, s’il se trompe. Il y a aussi des erreurs qui sont contre nos adversaires tout au long du championnat. Ce ne sont pas les arbitres qui décident du sort d’une équipe ».
Bielsa l’a bien compris : avec ou sans les arbitres, l’OM ne devra compter que sur lui-même pour viser les sommets cette saison.

Foot Mercato

Lundi 16 Mars 2015 - 12:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter