Rebeuss-Assane Dioma Ndiaye sur la mort d'Alassane Badji: "Il y a une véritable opacité..."



Rebeuss-Assane Dioma Ndiaye sur la mort d'Alassane Badji: "Il y a une véritable opacité..."

Le président de la Ligue Sénégalaise des Droits de l'Homme (LSDH) se signale sur la mort d'Alassane Badji à la Maison d'Arrêt et de Correction (MAC) de Rebeuss. Assane Dioma Ndiaye qui soupçonne le pire, ne manque pas de mettre à nu une véritable « opacité ». Le droit de l’hommiste dit ne pas comprendre qu’un décès intervenu le lundi que mardi déjà, les résultats de l’autopsie soient connus et l’enterrement prévu mercredi.

La version officielle servie dans le cadre du dossier de feu Alassane Badji du nom du prisonnier qui selon le rapport d’autopsie serait mort d’un arrêt cardiaque n’agrée pas le président de la LSDH qui s’interroge. « Il y a une véritable opacité autour des autopsies. Imaginez que pour un décès censé intervenir le lundi vers 17 heures, on prétend avoir les résultats le mardi dans la journée et on met la famille de la victime devant le fait accompli ». Mais ce qui gêne le plus Assane Dioma Ndiaye, c’est le fait qu’on est programmé l’enterrement pour ce mercredi matin ».

« Déjà pour aviser le procureur ça prend au moins des heures » sert-il avant de se demander comment ont-ils réussi entre lundi et mardi à soumettre le corps à l’autopsie, choisir médecin légiste sans compter les formalités de la notification de la mission au médecin alors que tout ce processus prend au moins une journée. Pis, indique-t-il, « s’y ajoutent le transfert du corps vers la structure adéquate, les analyses préparatoires  de l’opération chirurgicale sur le corps, l’analyse du diagnostic, la rédaction du rapport et informer la famille de la personne décédée avant tout ce processus ».
Assane Dioma Ndiaye a réagi sur sa page facebook. 

Magueye SOW (sow)

Mercredi 19 Février 2014 - 11:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter