Recrudescence des accidents : Le gouvernement appelle au respect des dispositions visant les réduire

Le gouvernement du Sénégal appelle les populations à respecter rigoureusement les mesures prises par l’Etat pour diminuer de 35 % les accidents de la route, d’ci à 2025.



Recrudescence des accidents : Le gouvernement appelle au respect des dispositions visant les réduire
Le gouvernement invite à nouveau les Sénégalais au respect scrupuleux des dispositions prises, notamment dans le cadre du Plan national de sécurité routière, dont l’objectif est de réduire les accidents de la route de 35 % en 2025", indique un communiqué parvenu à #Pressafrik.

Les autorités assurent, dans le texte, que "les services de sécurité prendront les dispositions nécessaires pour veiller davantage à la sécurité routière, y compris les traversées maritimes". Le gouvernement promet de poursuivre "la mise en œuvre du Programme national d’éducation à la sécurité routière".

Le communiqué qui revient sur le bilan des derniers accidents et sur ce, le porte-parole du gouvernement, fait état "de 17 morts et de nombreux blessés", dans un accident de la route survenu mardi, près de Kaolack (centre), quelques heures avant le chavirement d’une pirogue, mardi, près de Saint-Louis (nord).
Et, la note renseigne qu’il «convient de signaler que les premiers éléments des enquêtes disponibles montrent que le facteur humain a été très déterminant dans ces tragédies", indique le communiqué.

Par ailleurs, "le gouvernement s’incline devant la mémoire des disparus, compatit à la douleur familles éplorées et leur présente ses condoléances les plus attristées", écrit son porte-parole.
 
Seydou Guèye "rappelle l’obligation du port du gilet de sauvetage, dont le prix est subventionné à 50 %, soit 2500 francs CFA, pour faciliter son acquisition".
 
Ainsi il fait état de "la disponibilité de 20 mille pièces (gilets de sauvetage, reçues tout récemment", en début de semaine, par le ministre de la Pêche, Oumar Guèye.

Khadim FALL

Jeudi 14 Avril 2016 - 12:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter