Recrutement de personnel enseignant au compte de l’année scolaire 2011-2012 : Les mises au point de l’ancien ministre Kalidou Diallo...

"Depuis un certain temps, le ministre de l’Education nationale ne cesse de prendre comme prétexte un prétendu « recrutement politicien », par le régime libéral, de milliers d’enseignants à la veille et pendant l’entre - deux tours des élections présidentielles de Février/Mars 2012, pour expliquer un soi - disant surnombre d’enseignants et, par conséquent, l’impossibilité pour le gouvernement actuel de recruter l’essentiel des sortants des écoles de formation."



Recrutement de personnel enseignant au compte de l’année scolaire 2011-2012 : Les mises au point de l’ancien ministre Kalidou Diallo...
"Tantôt il affirme que « 5987 enseignants dont 2302 vacataires ont été recrutés entre février et avril 2012, multipliant ainsi par plus de sept l’autorisation de recrutement de 810 enseignants qui lui a été accordée», tantôt ce sont  5000 enseignants qui ont été recrutés en lieu et place de 500  initialement prévus dans le budget 2011-2012 et 2000, parmi eux , ont été recrutés, selon lui, entre janvier et mars 2012.
 
Récemment lors des travaux de Saly V le mercredi 23 octobre 2013, le MEN a encore déclaré  « que l’ancien régime a injecté 5.459 enseignants dans le système éducatif, entre octobre 2011 et février 2012 », créant un surnombre à l’origine aujourd’hui de la difficulté à recruter les élèves-professeurs de la Faculté des Sciences et Technologies de l'Education et de la Formation (FASTEF).
 
Par devoir de vérité, je me réserve le droit d’intervenir pour mettre au clair certaines choses d’autant plus que des accusations non fondées sont formulées alors que la vérité est occultée. Pendant longtemps j’ai tout fait pour éviter de mettre mal à l’aise les autorités actuelles qui ont en charge l’éducation nationale ou qui appartiennent au gouvernement du Président Macky SALL que j’ai décidé publiquement de soutenir depuis le 14 mars 2012, suite à notre rencontre à la Présidence. Aujourd’hui, concernant ces allégations des  clarifications s’imposent.
 
Monsieur le Président de la République, Macky SALL et moi, entretenons des relations suivies  et constructives et j’ai plus que jamais  le devoir de rétablir la vérité historique  sur des actes et des faits qui sont en rapport avec notre système éducatif. J’ai l’obligation morale de le faire en tant qu’ancien Ministre  de l’éducation, à la fois par devoir et par patriotisme car le Sénégal mérite que tous ses fils le servent dans  la vérité et la transparence.
 
 Devant des difficultés, celui qui détient une parcelle de l’autorité de l’Etat  doit  d’abord faire face  au lieu de transposer les confrontations au niveau des hautes autorités qu’on met d’ ailleurs souvent mal à l’aise. On doit au contraire oser affronter les difficultés, chercher des solutions et au besoin servir de fusible.
 
La vérité sur le recrutement des enseignants pour l’année scolaire 2011-2012
 
Il est important de préciser qu’après Jomtien 1990 en Thailande, la communauté éducative internationale  réunie à Dakar en avril 2000 a adopté l’objectif Education Pour Tous en 2015 et les nations unies l’atteinte des OMD. Le régime libéral qui venait juste de s’installer a adopté le PDEF par consensus,  avec l’appui des Partenaires Techniques et Financiers. C’est ainsi qu’une lettre Politique Sectorielle a été  signée conjointement par le ministre de l’Economie et des finances et son collègue de l’Education. Cette lettre de Politique sectorielle régulièrement  renouvelée  planifie le  nombre de salles de classes à construire, le nombre d’élèves et d’enseignants à enrôler chaque année. L’assemblée nationale a toujours voté le budget de l’Education nationale en tenant compte de cet engagement de notre pays devant la communauté internationale d’assurer l’éducation de qualité pour tous,  la parité filles/garçons et l’amélioration du taux d’achèvement à hauteur de 90% à l’horizon 2015.
 
C’est précisément dans ce cadre, qu’il était prévu de recruter entre 4000 et 5500 instituteurs par an entre 2011 et 2015. Mais dans le souci d’une approche dans ce processus, le Professeur Moustapha Sourang, Ministre de l’éducation de 2001 à  2008 et moi-même  de 2008 à 2012, avions successivement organisé en 2006, 2009 et 2011 un audit du personnel qui avait permis la mise en place d’un fichier en vue d’une maîtrise réelle des effectifs ; en 2011-2012, un atelier de contrôle de l’utilisation du personnel enseignant a permis un redéploiement du personnel en surnombre malgré la période pré-électoral par lettre circulaire N°004933/MEEMSLN/SG/DRH/SEPA du 22-12-2011. D’ailleurs des sanctions ont été prises  à cet effet à l’endroit de certains acteurs du système éducatif responsables de fautes graves (suspensions, radiations et même privation de liberté par la justice).
 
Ces opérations combinées avaient permis de réduire progressivement le nombre de volontaires de l’éducation recrutés qui est passé  successivement à 3576 VE en 2009/2010, 1707 VE en 2010/2011 et 1674 en 2011/2012. L’Agence Nationale de la Case des Touts Petits qui ne dépend pas du Ministère de l’Education Nationale, en 2011-2012, a procédé elle aussi à un recrutement complémentaire de 266 volontaires mis dans le réseau. Au total les recrutements 2011-2012 s’établissent  comme suit :
 
-          1940 volontaires dont 266 recrutés par l’ANCTP (seuls 1826 ont effectivement rejoint leur poste).
-          2302 professeurs vacataires (dont 14 seulement avec un statut de remplaçant répartis dans 5 régions sont concernés par l’entre-deux tours des élections présidentielles). Il n’a jamais donc été question d’un recrutement de 2302 vacataires entre février et avril 2012 mais d’un effectif qui couvre le recrutement dans ce corps pour toute l’année scolaire.
-          1343 sortants des écoles de formation ayant effectivement rejoint leur poste (dont 17 issus de l’ENSETP qui dépend du ministère de l’enseignement technique et de la formation professionnelle). Ce recrutement est conforme aux dispositions du décret n° 2009-1297 du 19/11/2009.
 
Ce qu’il faut aussi retenir est que l’augmentation du nombre de professeurs recrutés ces dernières années s’explique par l’accélération du taux de transition CM2/6eme qui est passé de 30 à 91 % entre 2000 et 2012 et la satisfaction de la demande en éducation qui en 2011-2012, a conduit dans le moyen secondaire à la création de 112 nouveaux collèges de proximité et l’érection de 43 seconds cycles ; il faut un minimum de 05 professeurs pour démarrer les apprentissages d’un collège. 
 
Entre 2009 et 2012, 398 collèges et 87 seconds cycles ont été créés. Ce qui a permis de passer pour le moyen d’un TBS de 41,4 % en 2009 à 53,2 % en 2012, au secondaire d’un TBS de 18,4 % en 2009 à 21,7 % en 2011 avec un taux de 89,6% pour les filles contre 91,4% pour les garçons alors qu’il était respectivement de 57,1%  et 61,9% en 2009.
 
Tous les enseignants recrutés au compte de l’année scolaire 2011/2012 sont craie en main. Aucun parmi eux n’est ni fictif ni hors des classes.
Le maintien de l’objectif pour atteindre en 2015 les OMD devrait en toute logique pousser les nouvelles autorités de l’éducation à poursuivre voire accélérer le rythme des constructions scolaires, le recrutement et la formation des enseignants de qualité au lieu de faire reculer le système tout en consommant le même budget.
 
A la lumière de toutes ces considérations, nous affirmons qu’il n’y a pas eu de la part de l’ancien régime des dérapages dans le recrutement mais une démarche qui a toujours tenu compte du budget voté en fonction des besoins pour la gestion des ressources humaines. C’est plutôt à l’équipe actuelle du MEN d’expliquer aux sénégalais pourquoi après avoir déclaré publiquement zéro recrutement pour l’année scolaire 2012/2013, elle a procédé à un recrutement aussi massif ?
 
Pour illustration, pendant l’année 2012-2013 le MEN actuel a mis dans le réseau 3113 enseignants ainsi répartis :
 
·        1826 volontaires de l’éducation (dont 141 en langue arabe et 1685 en langue française) ; soit une augmentation  de 152 enseignants par rapport à l’effectif de l’année précédente (compte non tenu des effectifs recruté par l’Agence Nationale de la Case des tout Petits
·        1287 professeurs de l’enseignement moyen secondaire dont 104 vacataires (sur un effectif autorisé de 100) et 1183 professeurs contractuels (sortants écoles de formation).
 
Est-il raisonnable encore aujourd’hui d’invoquer un supposé surnombre d’il y a deux ans pour expliquer la non affectation des professeurs sortant des écoles de formation pour l’année 2013-2014 ? Si ce surnombre était avéré pour constituer un facteur bloquant ou un handicap, il aurait fallu tout juste s’en tenir durant l’année scolaire 2012-2013  à une série d’opérations de redéploiement et de redistribution du personnel flottant. Mais au contraire, Monsieur le Ministre a créé une grande confusion au sein du pouvoir en créant 3113 emplois dans l’éducation  tout en déclarant publiquement, et on ne sait pour quelle raison, qu’il n’a recruté personne ! Malgré ces enrôlements, il y a eu combien classes de CI gelées ? Combien de classes fermées ou regroupées faute de maitres ? Combien de collèges de proximité et d’ouvertures de seconde bloqués pour cette année. Pour 2013/2014, le ministère a été obligé d’anticiper l’affectation des 2188 élèves maîtres alors que leur examen de sortie est prévu en janvier 2014. Dans quel pays au monde peut – on trouver des instituteurs terminer  la formation en janvier ?
Les nouvelles autorités académiques ne devraient-elles pas plutôt poursuivre les bonnes réformes de notre  système éducatif conçu depuis 1960 et  considéré comme un modèle de réussite en Afrique ?
 
 
Réformes et innovations que nous avons entreprises entre 2008 et 2012
pour développer davantage le système éducatif sénégalais
                         
Dans un souci de transparence, de rationalisation du recrutement et de la professionnalisation du métier d’enseignant, nous avons pris des mesures hardies dans un contexte pré- électoral voire volontariste en faveur du système :
     La suppression du quota sécuritaire existant depuis 1996 (pourtant cette opération pouvait être un moyen de faire un recrutement politicien). J’ai supprimé le recrutement direct, instauré un concours national avec classement par ordre de mérite. Seuls les candidats qui ont réussi à l’examen de sortie sont effectivement affectés dans les classes (l’arrêté n° 07910/MEPEMSLN du 07/09/2010 portant recrutement de volontaires).
       Le niveau de recrutement a été relevé au Baccalauréat au minimum, l’éventail des épreuves élargi et l’âge maximum baissée de 35 à 30 ans pour donner plus de chance à la jeunesse (arrêté 07910/MEEMSLN du 07 septembre 2010 portant recrutement des VE) 
       Le recrutement des professeurs se fait à partir des élèves professeurs ayant réussi à leur examen de sortie à la FASTEF et dans d’autres écoles de formation. En 2011, j’ai signé une convention avec l’UGB pour assurer à côté de la FASTEF une formation préalable des professeurs du moyen et du secondaire avant leur affectation.
       La professionnalisation du métier d’enseigner a été élevée au rang de première priorité avec la création  de la Direction de la Formation et de la Communication.
       L’unification des structures de formations a été opérée au niveau des régions pour une cohérence dans le recrutement et la formation. A ce titre, le ministère a procédé à la fusion des Ecoles de formation des Instituteurs (EFI) et les Pôles régionaux de Formation en créant (par décret n° 2011-625 du 11 mai 2011) dans chaque académie un centre  régional de formation des personnels de l’Education (CRFPE) ;
       La formation initiale diplômante est désormais exigée de tout candidat au métier d’enseignant. C’est à ce titre que tous les maîtres et professeurs admis aux  différents examens d’entrée subissent une formation diplômante avant leur affectation dans les différents établissements (FASTEF, CRFPE et  UGB qui, dans ce sens, a signé une convention avec le ministère de l’éducation)
       La formation continue diplômante a touché entre 2009 et 2011, 23823 maîtres et professeurs contractuels (dont 16200 maîtres contractuels et 7623 professeurs contractuels)
       Pour les instituteurs adjoints, le changement dans les modes de recrutement et le souci d’arriver à une professionnalisation ont fondé la nécessité de relever de niveau de qualification (leur niveau académique est le Brevet Elémentaire). Cette initiative mise en œuvre en 2012-2013 devrait à terme, permettre au système de disposer d’enseignants suffisamment qualifiés et motivés (diplômes permettent de bénéficier d’une promotion interne).
       Pour la création d’un climat social favorable aux réussites scolaires, le ministère, en rapport avec le Comité National de Dialogue Social, organise chaque année depuis 2008 (au mois de septembre) un atelier qu’il finance pour faire le bilan de l’année scolaire, favoriser le dialogue social et l unité syndicale. L’objectif étant de créer les conditions d’un dialogue franc entre le gouvernement et les syndicats (SALY1 à SALY 4).
       Par ailleurs, plusieurs textes importants pour la carrière des enseignants, la gestion et le pilotage du système ont été signés : décret n° 2011-625 du 11 mai 2011 portant création des centres régionaux de formation des personnes de l’éducation, décret 11-537, du 26 avril 2011 portant création du corps des inspecteurs de l’enseignement moyen secondaire, décret n° 2011-627 du 13 mai 2011 portant création de passerelles professionnelles dans le moyen secondaire, décret : n° 2011-626 du 13 mai 2011 portant recrutement et formation des inspecteurs de l’enseignement moyen secondaire. A toutes ces décisions, on peut ajouter  entre autres actions et initiatives :
      - mise en place d’un cadre de dialogue politique avec les partenaires techniques et financiers signature d’une lettre d’entente en 2009 : Banque Mondiale, coopération canadienne, l’Agence Française de Développement, l’USAID, la Coopération Japonaise, la Banque Africaine de Développement, la Banque Islamique de Développement, la Coopération Italienne, la Coopération Coréenne etc. 
       - Mise en place d’un mécanisme de concertation avec les organisations de la société civile, les associations d’élus locaux, les acteurs non étatiques, les syndicats d’enseignants : des protocoles d’accord et de partenariat ont été signés avec ces différentes catégories d’acteurs. Il faut y ajouter le CNDS et la FENAPES qui sont des partenaires permanents et privilégiés du secteur de l’éducation.
      - Création d’un climat favorable au développement de l’informatique au service de l’éducation et l’installation du projet SANKORE avec l’Association pour le Développement du Numérique à l’Ecole (ADNE) dont je suis le Président.
      Négociation pour l’installation d’une télévision scolaire avec le Japon.
-          La concertation et l’accompagnement des gouvernements scolaires dans les lycées pour l’éducation à la citoyenneté et la pacification de l’espace scolaire à travers le G26 qui regroupe les 26 lycées de Dakar.
-          Le sport scolaire avec  l’installation des ligues du sport scolaire dans les 14 académies ; des districts dans 56 IEF, ce modèle a inspiré la convention Cadre de Coopération entre les Ministres d’Education et les Ministres de Jeunesse et des Sports des Etats et gouvernements de la Francophonie (Confemen/Confejes) que j’ai signée en tant que Président de la Confemen ;
-          La Mutuelle de l’Education Nationale : démocratisation et assainissement de la mutuelle de l’éducation pour une meilleure prise en charge de la santé de plus de 40 000 adhérents au niveau des corps émergents ; régularisation administrative et sécurisation des gestionnaires de la mutuelle et appui pour versement à temps des cotisations à la source;
-          L’Enseignement arabo-islamique et le développement des daaras modernes, accompagnement pour la création de la fédération des associations de maîtres coraniques  en rapport avec  les inspecteurs d’académie appuyés par les gouverneurs ; élaboration d’un curriculum avec des normes standard et élaboration des projets de  textes législatifs et réglementaires ; mise en place d’une commission nationale en vue d’un baccalauréat arabo-islamique unifié.
-          La réhabilitation de l’Institut Islamique et la grande Mosquée en rapport avec la Turquie (création d’internat pour 100 filles et d’autres infrastructures pédagogiques)
-          La préparation de tout le processus ayant abouti à la signature du projet BID en aout 2010 pour la construction de 64 DAARAS MODERNES
-          Tout le processus d’évaluation de la troisième phase du PDEF qui a donné naissance à ce qu’on a appelé PAQUET qui, au départ portait le nom  informel de PDEF 2 !
 
Toutes ces performances, réformes et innovations ont valu à notre pays, dans le domaine de l’éducation, une reconnaissance internationale à travers le Ministre de l’Education que j’étais et le leadership international que j’incarnais pour le bénéfice de notre pays le Sénégal :
 
-          Vice-Président puis Président de la Conférence des Ministres des Etats et Gouvernements de la Francophonie de 2008 à 2012
-          UNGEI Global Champion (United Nations Girls Education Initiative) en mai 2010 ;
-          Membre du Conseil d’Administration du Partenariat Mondial pour l’Education Ex Fast-Track au nom de la circonscription Afrique 2
-          Membre du BIE (Bureau Internationale de l’Education) basée à Genève
-          Membre de l’Equipe Spéciale Internationale pour les « Enseignants pour l’Education pour tous » (point focal des pays francophones depuis janvier 2011 lors du Forum de Nairobi).
-          Meilleur buteur en éducation en Afrique en 2009.
Aucune campagne politicienne de désinformation  ne peut effacer ces acquis pour notre cher  Sénégal. Les autorités qui se sont succédé au ministère après notre départ ont-elles  mieux fait que nous ? Ont-elles posé un seul ACTE significatif pour le système ? Ne devraient- elles pas s’appuyer sur les acquis pour aller de l’avant ?"  
 
 
Dakar le 05 novembre 2013
 
Kalidou DIALLO
CHEVALIER de l’ordre national du Lion en 1997
Ancien Ministre  de l’Education Nationale
Président de ADEQET/ Afrique
Président de l’Alliance des Leaderships pour l’Emergence et le Développement (ALED)
 
"NB. Des voix non autorisées se sont élevées ces derniers temps accusant des cadres et directeurs  du ministère de l’éducation d’être « mes hommes », ignorant totalement ou feignant de l’être que ce sont tous des experts incontournables du système éducatif que j’ai trouvés sur place et que je n’ai fait que confirmer  : des hommes et des femmes que j’avais nommés ont  été relevés pour la plupart ! Maintenant s’aventurer à enlever tous ceux qui me sont proches tant au niveau central que déconcentré amènerait tout simplement à vider le système éducatif ou même à vider les salles de classe ! Le paradoxe est que les auteurs de tels propos censés renforcer le pouvoir, fragilisent, par leurs actes et pour des intérêts strictement personnels, le camp présidentiel." 


Kalidou DIALLO

Jeudi 7 Novembre 2013 - 12:15



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter