Récurrence des coupures : le Recteur de Gaston Berger émet des doutes sur les compétences à la SENELEC



Récurrence des coupures : le Recteur de Gaston Berger émet des doutes sur les compétences à la SENELEC
Les coupures récurrentes, sans explications, de l’électricité au Sénégal ont fini d’agacer et d'inquiéter plus d’un. C’est le cas du recteur de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, Mary Teuw Niane. Invité à l'émission "Remue-ménage", le Professeur Niane se demande si les ressources humaines de la société sénégalais d’électricité, (SENELEC) ne sont pas dépassées par le temps. «Il y a des difficultés structurelles et moi je m’interroge, en tant que scientifique et quelqu’un qui a fait l’électrotechnique dans une école, est-ce que nous avons les bonnes ressources humaines en adéquation avec notre temps ? Est-ce que dans cette boite, on a passé de la promotion interne à la place du sang neuf provenant de jeunes formés dans les meilleures écoles, aussi bien du pays qu’en Côte d’Ivoire ou en Europe ?», s’est interrogé le mathématicien qu’il se pose cette question même s’il sait qu’elle est sensible.

A l’en croire, la SENELEC n’arrive pas à résoudre le problème de fourniture de l’électricité. Ce qui est une grosse difficulté car c’est le moteur du développement. Et pour cette raison, la société doit chercher à comprendre ce qui se passe réellement. «Je pense qu’il faut faire, comme dans toute société qui a des problèmes l’audit pour qu’on comprenne où se situe le problème (technique, désuétudes des infrastructures, ou les ressources humaines, particulièrement au niveau technique au niveau de la Senelec sont de bonnes ressources humaines)», a indiqué le Recteur qui soutient que cette société n’arrive pas à tenir ses engagements. «Quelles sont les difficultés structurelles au niveau de la SENELEC qui empêchent de respecter les engagements en repoussant tous les jours les délais fixés pour un retour à la normale?, continue de se demander Mary Teuw Niane.



Charles Thialice SENGHOR

Dimanche 3 Octobre 2010 - 15:02



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter