Réélu à la tête de l'Assemblée nationale, Moustapha Niasse promet

Comme attendu, il n’y a pas eu de changement à la tête de l’Assemblée nationale. Le leader de l’Alliance des Forces du Progrès (AFP) a rempilé. L’allié du Président de la République, Macky Sall a été réélu par 129 voix, neuf (9) de plus que l’année dernière. Une 3ème année que Moustapha Niasse place sous le signe d’une descente sur le terrain des députés.



Réélu à la tête de l'Assemblée nationale, Moustapha Niasse promet
Est-ce enfin l’heure de la rupture ? Dans tous les cas, peu après son élection, Moustapha Niasse annonce des « mesures nouvelles » pour la 3ème année de la 12ème législature. Ceci, à travers une « plus grande présence effective » des députés sur le terrain. Afin de « s’imprégner des progrès réalisés, des efforts en cours, des réformes mises en œuvre et des retombées réalisées ou attendues en faveur des populations », assure le leader de l’AFP.
 
 
Le leader de l’AFP qui évoque des visites dans leurs «circonscriptions électorales, mais encore et surtout par des visites organisées à l’intérieur même des structures et instruments du développement, dans les régions et dans les départements du Sénégal ». Au programme, des visites aux Industries Chimiques du Sénégal (ICS),… sur le site d'exploitation de l'or de Sabadola,…en Casamance.


La représentation nationale entend «porter un intérêt certain au dossier du pétrole au Sénégal, sans avoir à se précipiter, parce que, s’il y a des gisements importants et de qualité, l’économie de notre pays va subir des mutations nouvelles ». Sur ce point, souligne l’APS, «il ne s'agira pas de faire du tourisme. Pour chacune de ces visites, un dossier est en cours d'élaboration, à partir d'un schéma technique précis contenant la nature des gisements et les quantités évaluées par la Direction des mines, de même que des potentiels de production agricole et vivrière, à partir des données que détient la Direction de l'Agriculture… », déclare Moustapha Niasse selon qui, «c’est là une manière républicaine, responsable, de suivre et de contrôler l'activité gouvernementale et de permettre l'accès des représentants du peuple à des informations essentielles et fiables sur la réalité et sur les potentiels de chaque projet de développement ».

 
Les secteurs de l'éducation et de la formation, l'Université sénégalaise et les instituts de recherche fondamentale et de recherche appliquée, les infrastructures, les unités hospitalières et sanitaires recevront, à leur tour, les députés. Un discours bien loin de celui d’octobre dernier lors duquel le Président de l’hémicycle s’était appesanti sur la modernisation de la représentation nationale


Mardi 14 Octobre 2014 - 23:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter