Référendum 2016: Les premiers impairs du scrutin

Deux heures après le début du vote, quelques petits impairs sont notes dans certains centre vote. Mais le plus frappant c’est sur l’ensemble du territoire national. Il s’agit de l’affluence. Les électeurs se font désirer. Des omissions sont aussi relevées à Touba et sur d’autres localités. Aux Parcelles assainies, le maire dénonce la qualité des enveloppes qui laisse à désirer.



Les premiers enseignements du referendum après près de trois heures de vote. Les sénégalais ne sont pas sortis. Les inscrits sur les listes électorales se font toujours désirer. Dans la majeure partie des contrées du Sénégal, il n’y a pas de files. Les citoyens ont-ils boycotté? Comprennent-ils réellement les modifications constitutionnelles soumises au referendum?
 
A Touba, de réels problèmes sont notés. Le centre de vote de Sam La, l’un des plus importants avec 140 bureaux d’habitude ne compte pour cette consultation qu’une vingtaine. Beaucoup de bureaux ont été transférés sans que l’information ne soit passée auprès des électeurs. Ce qui a créé un mouvement de foule et des frustrations.
 
De plus, il a été aussi relevé des cas d’omissions d’électeurs qui perturbent le bon déroulement du scrutiny. Des esprits se sont meme échauffés à Ndindy Abdou, l’un des principaux centres de vote de la ville.

«On m’a dit que mon nom ne figure pas sur la liste alors que j’ai voté dans ce centre. Je ne comprends pas ce qui se passe, maintenant on me demande d’aller chercher une procuration mais tout ça me semble louche car nous sommes très nombreux à être dans la même situation», a affirmé un citoyen qui visiblement est très interloqué. 

Aux Parcelles assainies comme un peu partout sur le territoire sénégalais, les gens dénoncent la mauvaise qualité des enveloppes. Le maire de cette commune a relevé ces couacs. Moussa Sy a regretté le fait que les enveloppes ne se ferment pas bien. "Elles peuvent même se détacher. Cela peut provoquer beaucoup de bulletins nuls. De plus, la couleur de l'enveloppe participe d'une grande machination orchestrée depuis le début avec l'histoire des bulletins du "Non".


 

Jean Louis DJIBA

Dimanche 20 Mars 2016 - 10:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter