Référendum - Victoire étriquée du "Oui": "Le pouvoir sera moins arrogant et méprisant"



Au lendemain du référendum avec les tendances en faveur du «Oui», «on ne peut qu’en partie seulement parler» de contrat de confiance renouvelé des Sénégalais à l’endroit du Chef de l’Etat. C’est la première analyse de Momar Ndiongue. Joint par Pressafrik.com, le Directeur de publication de «Vision Mag» qui s’explique, ne manque pas de relever «le fort taux d’abstention» et une «victoire en demi-teinte».

«J’entends certains parler de triomphe, c’est une victoire du «Oui » certes mais une victoire en demi-teinte et qu’il faudrait relativiser pour plusieurs raisons parce qu’il y a eu un fort taux d’abstention. Ensuite, il se trouve que pour les Sénégalais qui ont voté, le score est assez étriqué; il me semble, serait dans l’ordre de 55 %, 45 % » alors que «le président attendait un plébiscite avec 80 %», indique le journaliste.
 
Par rapport au type de scrutin, selon Momar Ndiongue, «il s’agissait d’un référendum» et «les gens du «Oui» devraient avoir le triomphe plus modeste parce qu’il me semble qu’ils n’ont pas suffisamment pris en compte le fort taux d’abstention, ils n’ont pas pris en compte la spécificité de ce référendum ».
 
Faisant partie de «ceux qui pensent que pour cette fois-ci, les apéristes qui sont généralement divisés mêmes en période d’élection, se sont ralliés autour du «Oui»», le Directeur de publication indique que «cela veut dire que si c’était un autre type d’élection par exemple le cas d’élections locales ou législatives où il y a souvent des mécontentements, (il) ne croit pas que la victoire serait aussi nette pour le camp du «Oui».

«C’est très sincèrement certes une victoire du «Oui » mais à relativiser en raison du fort taux d’abstention et en raison du président qui voulait un plébiscite à hauteur de 80 % et se retrouve avec 55 % maximum», résume Momar Ndiongue.
 
Il trouve que «quand même les Sénégalais ont été géniaux avec ce référendum» parce que «je pense que l’issue de ce référendum était ce qu’il y avait de meilleur à attendre parce qu’une victoire du «Non» aurait sans doute poussé l’opposition à remettre en cause la légitimité du président de la République, quitte même à installer l’instabilité dans ce pays».

Momar Ndiongue croit «que l’issue de ce référendum a permis un retour sur terre à l’opposition et cela a aussi permis un retour sur terre au pouvoir» car «la victoire qui est suffisamment serré, fera en sorte que le pouvoir sera moins arrogant, moins méprisant vis-à-vis de l’opposition et sera plus soucieux de travailler pour polir son bilan et c’est en cela que le résultat est salutaire». «C’est le meilleur scénario qu’on pouvait attendre de ce référendum», analyse-t-il. 


Lundi 21 Mars 2016 - 11:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter