Référendum du 20 mars : Enfin Macky appelle à la concertation.

Le président de la République s’est enfin résolu à appeler au dialogue autour de son projet de modification de la Constitution. En effet, le chef de l’Etat, actuellement à Bujumbura, compte rencontrer les différentes formations politiques ainsi que la société civile, dès son retour au Sénégal, pour une concertation sur le référendum du 20 mars.



Référendum du 20 mars : Enfin Macky appelle à la concertation.
Après les multiples voix qui s’élèvent contre la proposition de révision de la Constitution qu’il compte soumettre à l’approbation des Sénégalais, le président de la République trouve opportun d’organisation une concertation avec les partis de l’opposition ainsi que la société civile. En effet, à travers un communiqué parvenu à notre rédaction, les services de Macky Sall ont fait savoir que ce dernier, qui se trouve actuellement à Bujumbura (Burundi), va se retrouver, autour d’une table,  avec les différentes couches de la société.
 
«Dans le cadre de la préparation du référendum portant révision de la Constitution, le Chef de l’État va poursuivre les consultations avec l’ensemble des partis politiques et des organisations de la société civile à son retour de Bujumbura, au Burundi, où il effectue une mission aux côtés de ses homologues désignés par l’Union Africaine», peut-on lire dans le communiqué signé par le ministre et conseiller en communication du Président Sall, El Hadj Kassé.
 
Mais, le chef de l’Etat ne pourra pas compter sur le Parti démocratique sénégalais pour lui faciliter la tâche. En effet, le porte-parole de la formation libérale, Babacar Gaye, a affirmé que son parti n’était nullement engagé par l’appel du président de la République et appelle le Sénégalais à voter NON massivement le jour du référendum du 20 mars.
 
Certaines voix se lèvent déjà pour juger cette rencontre inopportune, à moins que le chef de l’Etat ne décide d’annuler ou de décaler son référendum.
 
 
 

Ousmane Demba Kane

Jeudi 25 Février 2016 - 07:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter