Refonte du fichier électoral: Me Ousmane Seye répond à l'accusation de fraude



Refonte du fichier électoral: Me Ousmane Seye répond à l'accusation de fraude
«Je puis dire ici que ce point a été le premier point discuté par la commission, le projet de loi portant sur le fichier électoral et il y a un accord de principe sur la refonte du fichier. Toutes les parties sont d’accord sur la refonte du fichier. Le problème qu’il y avait, ce sont les modalités de cette réforme. Une partie de l’opposition a demandé l’audit du fichier, nous avons répondu que la majorité ne s’y opposait pas, qu’il fallait simplement se référer aux dispositions du Code électoral qui permet à tout parti de demander au ministre de l’Intérieur l’audit du fichier. Une autre partie de l’opposition a dit qu’elle n’était pas d’accord sur la confirmation par l’électeur au moment de son inscription sur le fichier électoral parce qu’il est dit dans un article que s’il y a refonte du fichier, les électeurs ou les citoyens doivent préciser au moment de leur inscription s’ils sont électeurs ou non. Une partie de l’opposition a dit qu’ils ne sont pas d’accord avec cette disposition du Code mais la commission en a pris acte », sert Me Ousmane Seye.

Le rapporteur général du pôle de la majorité présidentielle sur la revue du Code électoral, de poursuivre sur la Rfm : «Maintenant la procédure d’urgence dont on parle mais il faut savoir que l’Assemblée nationale a fini ses sessions ordinaires et il y a une directive de l’UEMOA qui dit qu’avant six (6) mois des élections, on ne peut pas toucher au Code électoral. On a convoqué une session extraordinaire, cette session va statuer sur beaucoup de dispositions relatives au Code électoral, il est normal qu’en ce qui concerne la loi sur le fichier qui doit être suivi de la refonte du fichier, qu’il y est une procédure d’urgence pour que la loi soit rapidement votée afin que les dispositions pratiques de la refonte du fichier soient prises…».
 
Me Ousmane Seye répond ainsi à Mamadou Diop Decroix et Cie de l’opposition qui accusent l’Etat de fraude.  


Lundi 8 Août 2016 - 18:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter