Refonte partielle du fichier électoral : Malgré la contestation de l'opposition, la majorité adopte la loi

Protestations et contestations, rien de tout cela n’a pu empêcher l’adoption de la loi sur la refonte partielle du fichier électorale par la majorité parlementaire. Les partisans du gouvernement ont donc fait le forcing pour adopter ce projet de loi qui suscite une vive polémique.



Refonte partielle du fichier électoral : Malgré la contestation de l'opposition, la majorité adopte la loi
Comme lettre à la poste, le projet de la loi portant refonte partielle des listes électorales a été voté à la majorité par l’Assemblée nationale sans surprise. Un vote qui consacre l’adoption des 8 des 12 points qui avaient fait l’objet de discussions entre parties prenantes (pouvoir, opposition, non alignés) du processus électoral. Les quatre (4) points d’achoppement seront soumis à l’arbitrage du Président de la République.

Un vote qui a révolté certains membres de l’opposition parlementaire qui ont dénoncé l’absence de consensus sur le fichier électoral, notamment sur la disposition relative à la confirmation de l’électeur sur le fichier.

Fidèle à sa démarche; le député de Rewmi, Thierno Bocoum trouve « Antidémocratique le fait de demander à un citoyen de venir confirmer ou non son existence sur les listes électorales, alors que le vote est libre », s’offusque le rewmiste.

A peine terminé c’est son collègue, Mamadou Lamine Diallo qui lui embauche la même trompette, et accuse le parti au Pouvoir de vouloir frauder. «On veut chambarder tout cela pour, uniquement, éliminer les gens qui sont contre Macky Sall’’, affirme le député et leader du Mouvement Tekki.

Son collègue, Mamadou Diop Decroix  dit ne pas comprendre le forcing du Pouvoir à vouloir aller à l’élection avec un code non consensuel. « Depuis 25 ans, c’est la première fois que nous avons eu un Code aussi controversé », déplore le leader de Aj-Pads.

Le membre de Front pour la défense de la République (FPDR) ne comprend pas l’attitude de la majorité «Je ne vois aucun inconvénient à nettoyer le fichier. C’est quelque chose de banal. Il suffit juste de recruter des étudiants qui vont recenser tous les morts et les enlever du fichier», propose-t-il.

Khadim FALL

Vendredi 12 Août 2016 - 09:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter