Réforme de la CREI Macky Sall confirme Mimi Touré

Le chef de l’Etat a reconnu hier, sur le plateau de la chaîne française itélé, que la Cour de l’enrichissement illicite (Crei), n’avait pas particulièrement bonne presse, surtout à l’étranger. Mais il a aussi fait comprendre que cette institution n’a pas été mise en place par sa volonté, et qu’elle faisait partie de l’ordonnancement judiciaire du Sénégal. Il n’empêche toutefois, reconnaît-il, qu’elle a besoin d’être reformée.



Réforme de la CREI Macky Sall confirme Mimi Touré
C’est sur le plateau de la chaine de télé Itélé que  Macky Sall a réitéré sa volonté de reformer la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei). Une volonté qu’avait déjà  exprimée son ancien Premier ministre et nouvelle Envoyée spéciale, la semaine dernière avec le journal le Quotidien. Le Président Macky Sall a reconnu, à la suite d’une question de la journaliste française, que la Crei n’était pas populaire. Cela serait dû, à son avis, au fait «qu’elle a un fonctionnement assez particulier». Néanmoins, il s’est empressé d’ajouter : «Nous sommes en train de voir comment la faire évoluer, parce qu’elle a été antérieure à toutes les conventions mises en place par le système des Nations-Unies pour lutter contre la corruption.»
                   
Une  déclaration rejoint parfaitement la sortie de Mimi Touré à l’émission Sans détour, où elle affirmait qu’il fallait «faire évoluer la Crei vers des normes beaucoup plus conformes à la démocratie».  Il n’empêche que comme Mimi Touré, Macky Sall a défendu becs et ongles le travail de cette cour, et estimé qu’il était conforme à la législation et au respect des droits de l’Homme, et notamment de la défense.

Et il en a profité pour réfuter certaines des critiques qui sont faites à cette institution, et qui portent essentiellement sur le sort de l’ancien ministre Karim Wade, emprisonné à la suite d’un procès à lui intenté par la Crei : «Il y a des personnes qui sont puissantes, qui ont des moyens, qui peuvent recruter énormément de cabinets de communication, d’avocats, pour occuper la place, et faire de leur situation quelque chose d’exceptionnel. Il n’y a rien d’exceptionnel. Il y a d’autres personnes en prison dans ce même dossier, dont on ne parle jamais. On dirait qu’il y a deux catégories de citoyens.» Et comme pour clore le dossier, il ajoutera de la manière définitive qui est la sienne : «Ce dossier a été jugé, et il y a le respect de l’autorité de la chose jugée.»

Ce point, bien qu’il ait été longuement discuté, n’a pas été le seul sur lequel les échanges entre Macky Sall et Audrey Pulvar ont frôlé le clash. Poussé dans ses retranchements sur de nombreux points, le Président sénégalais n’a en rien cédé concernant ses certitudes, et il l’a clamé haut et fort. En aucun moment, la journaliste française n’est parvenue à l’ébranler au point de lui faire faire une déclaration qui ne répondait pas à la ligne définie par le gouvernement du Sénégal.
 

Khadim FALL

Lundi 26 Octobre 2015 - 08:27



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter