PRESSAFRIK.COM ,  L'info dans toute sa diversité



Réforme du Code pénal: Un arsenal répressif contre "chauffards", adepte de porno infantine...

Le Projet de loi modifiant la loi n°65-60 du 21 juillet 1965 portant Code pénal a été mis à jour. En dehors des articles concernant la répression des actes de terrorisme, de nouvelles incriminations ont été introduites dans ce code adopté la semaine dernière en Conseil des ministres. Il s’agit en effet, de la présence de l’avocat dès les premières heures de la garde à vue, du nucléaire, de la mise en danger d’autrui, de la pornographie enfantine, de l’atteinte à la vie privée et à la représentation de la personne, entre autres vides juridiques que le nouveau code a tenté de combler.



La lutte contre le terrorisme s’est taillée la part belle dans le nouveau code pénal. Seulement, ce n’est pas la seule préoccupation prise en compte par le législateur. D’autres supposés vides juridiques ont pris en charge, intégré dans le code pénal qui est passé mercredi dernier en Conseil des ministres.
 
En effet, désormais, l’avocat peut assister son client dès son placement en garde à vue. Les experts sénégalais en légistique ont été proactive en passant au future. Aujourd’hui, le nucléaire est pris en compte dans notre corsée juridique. De même pour la mise en danger d’autrui, de la pornographie enfantine, de l’atteinte à la vie privée et à la représentation de la personne.  
 
La présence de l’avocat à l’enquête préliminaire.
C’est une nouvelle revendication des avocats qui vient d’être satisfaite. En plus, cette nouvelle disposition prévoit la possibilité pour une personne de se faire assister dès son interpellation au stade de l’enquête préliminaire.
 
Les chauffards sont en ligne de mire. Les graves accidents de la circulation qui mettent en danger la vie de centaines de passagers, ont inspiré le législateur. Cette nouvelle disposition permet de réprimer plus sévèrement des comportements déviants, relatifs à la sécurité routière.  
 
La fausse alerte lourdement réprimée

Le projet de loi portant code pénal, consacre un titre à l’incrimination de la fausse alerte qui comble le vide juridique auquel les juridictions ont été récemment confrontées. 

Aminata Diouf

Lundi 3 Octobre 2016 - 09:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter